À la douleur que j'ai - Virginie Brunelle

Partager
  • © Robin Pineda Gould

Pulsion de beauté? Pulsion de douleur​? Émotion brute. Au travers de cette amère poésie, la chorégraphe Virginie Brunelle s'interroge sur l'inachevé – sur ce qu'il peut rester entre deux personnes –, et offre cette action soutenue qui se fige dans le temps comme un souvenir: la douleur. Et dans une société contemporaine nourrie à cette substance dangereuse, elle prouve que la douleur peut aussi être un pont émotionnel. Une rencontre entre six interprètes et un public qui ne laissera personne indifférent.

Jeune chorégraphe passionnante très en vue sur la scène de la danse à Montréal, Virginie Brunelle explore ici le lien avec l’autre; un lien qui ne cède jamais vraiment, qui laisse derrière des traces, des sédiments, un souvenir.

Chorégraphie : Virginie Brunelle
Interprétation : Isabelle Arcand, Sophie Breton, Claudine Hébert, Chi Long, Milan Panet-Gigon, Peter Trosztmer
Dramaturgie : Stéphanie Jasmin
Conception lumière : Alexandre Pilon- Guay
Collaboration à la conception sonore : Jean Gaudreau
Costumes : Marilène Bastien, Elen Ewing
Répétitrice : Anne Lebeau
Direction technique et régie : Julien Véronneau​
Direction de production : Émilie Martel​​
Crédit photo : Robin Pineda Gould

Coproduction du Centre national des Arts et du Fonds de création du réseau CanDanse (Agora de la danse, Le Banff Centre, Theatre Junction GRAND, Vancouver International Dance Festival), et soutenue par le Conseil des arts et des lettres du Québec et du Service de la danse du Conseil des Arts du Canada.