Représentation et concertation | Le 16 janvier 2014

Pour la reconnaissance de la profession d’enseignant de la danse à l’école

Partager
Crédit photo : Andréa de Keijzer

Saviez-vous que la danse, bien que présente dans le programme de formation de l’école québécoise, n’est pas considérée comme un champ spécifique dans les conventions collectives, au même titre que l’art plastique et la musique ? Selon les commissions scolaires, l’enseignement de la danse est associé tantôt aux champs d’embauche de l’éducation physique ou de la musique, tantôt à un champ dit « autre ». Ce qui donne lieu, depuis près de 30 ans dans nos écoles, à des pratiques d’embauche ou de répartition de tâches qui font fi des qualifications exigées pour enseigner la danse aux niveaux primaire et secondaire.

Depuis plusieurs mois, l’Association québécoise des enseignants de la danse à l’école (AQEDÉ) travaille en étroite collaboration avec l’Association Théâtre Éducation du Québec (ATEQ), qui est confrontée au même problème. Leurs actions visent à sensibiliser les instances syndicales, les directions et les commissions scolaires du Québec à la nécessité d’ouvrir des champs d’embauche spécifiques à la danse et au théâtre afin que l’enseignement de ces disciplines soit enfin assuré par des spécialistes qualifiés et détenant leur brevet d’enseignement.

L’AQEDÉ encourage ses membres à profiter de leur assemblée syndicale ou de consultations de leur syndicat local pour demander l’ouverture d’un champ d’embauche spécifique à la profession d’enseignant de la danse à l’école. Un argumentaire a été préparé à cet effet.

Le Regroupement québécois de la danse appuie sans réserve l’action de l’AQEDÉ. Dans une lettre qu’il lui a adressée, le RQD fait valoir, d’abord, que les enseignants de la danse à l’école exercent un rôle de premier plan dans la reconnaissance de la danse comme forme d’art à part entière et comme discipline digne de figurer dans le cursus scolaire des jeunes québécois. Et que, de plus, les compétences artistiques et pédagogiques qu’ils détiennent, au terme d’une formation universitaire sanctionnée par un diplôme en enseignement de la danse, sont garantes de la qualité et du caractère sécuritaire des apprentissages auxquels les élèves doivent avoir accès.

Nouvelle précédente Nouvelle suivante