Représentation et concertation | Le 23 novembre 2012

Budget Marceau 2013-2014 : Qu’en est-il pour la danse ?

Partager

Le 20 novembre dernier avait lieu la présentation par le ministre des finances Nicolas Marceau du budget 2013-2014 du gouvernement Marois. La directrice générale du RQD, Lorraine Hébert, a participé, en compagnie d'autres dirigeants d'associations membres du Mouvement pour les arts et les lettres (MAL), à la lecture du budget à huis clos qui se tenait le jour même au Centre des Congrès de Québec.

Dans les prévisions budgétaires du ministre Marceau, il est mentionné que le budget du ministère de la Culture et des Communications connaîtra une hausse de 2,1 %,  soit 13 millions (618 à 631 millions de dollars) en 2013-2014. Cependant, le plan budgétaire précise que cette augmentation « s'explique principalement par la hausse des frais d'exploitation de la salle de la Maison symphonique de Montréal, tel que prévu à l'entente de partenariat public-privé, par une augmentation du service de dette subventionnée, compensée en partie par diverses mesures d'économie ».

On apprenait plus tard cette semaine par l’entremise d’un reportage de Claude Deschênes à Radio-Canada que la hausse des frais d’exploitation de la Maison symphonique s’élève à 4 millions de dollars. Quant au montant attribué au service de la dette, il demeure inconnu. Le 9 millions de dollars restant ne semble pas suffisant puisqu’il est mentionné dans le plan budgétaire que « diverses mesures d'économie » sont nécessaires pour compenser. Est-ce que ces mesures auront un impact sur les programmes et les clientèles du ministère de la Culture et des Communications et de ses sociétés d’état?  

Le jour même du dépôt du budget, le MAL a exprimé ses inquiétudes dans un communiqué. Pour tenter de trouver réponse aux inquiétudes du milieu culturel, Paul Journet de La Presse a recueilli la réaction du ministre Kotto au lendemain du budget. Les propos de ce dernier n’avaient rien de rassurant : «Nous allons prioriser ce que nous avons à prioriser relativement à l'assiette fiscale». Il faudra attendre le dépôt du budget des dépenses détaillées qui sera présenté le 6 décembre prochain pour connaître l’ampleur et la nature des compressions budgétaires. Au chapitre des infrastructures, le gouvernement Marois a fait savoir que plusieurs projets seront revus ou reportés. Impossible toutefois pour l’instant de savoir quels projets seront touchés ni à quel moment les décisions seront rendues publiques.

On se rappellera que déjà, au début du mois de novembre, le ministre Kotto semblait vouloir préparer le milieu culturel à des coupes : « On ne pourra peut-être pas à court terme réaliser ce à quoi nous nous sommes engagés. Certains projets seront probablement différés » […] [chaque ministère] « contribuera d’une manière ou d’une autre » à l’effort budgétaire exigé. » (extrait d’un article de Michel David du 10 novembre dernier). 

À la suite du dépôt du budget Marceau, plusieurs questions restent en suspens pour le milieu de la danse.  Est-ce que les crédits additionnels de 1,2 million de dollars par année sur 5 ans alloués à l’enveloppe de la danse du CALQ en 2012-2013 seront maintenus ? Qu’adviendra-t-il des projets d’équipement en danse ? Verront-ils le jour un jour ? La mesure d’aide à la diffusion internationale mise en place par le gouvernement québécois en 2008 pour compenser le retrait du fédéral sera-t-elle renouvelée en 2013 ?  

D’ici le 6 décembre, date à laquelle des réponses à certaines questions seront connues,  gardons en tête les paroles de la première ministre qui s’est exprimée avec vigueur et conviction au sujet du rayonnement international durant la récente campagne électorale. Extrait du communiqué émis par le Parti Québécois le 23 août 2012 :

Les artistes québécois qui œuvrent à l’international ne seront pas en reste. Le plan du Parti Québécois prévoit de soutenir leurs tournées internationales avec une nouvelle enveloppe de 5 millions de dollars par année pour pallier les compressions fédérales que le gouvernement de Stephen Harper a imposées unilatéralement au secteur culturel québécois. « Le rayonnement international de nos artistes est une carte de visite exceptionnelle pour le Québec. Pas question de laisser tomber nos créateurs qui ont été victimes du gouvernement Harper! », a lancé la chef du Parti Québécois. 

 

​- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ​- - - - - - - - - - - - - - - 

 

Autres annonces pour la culture dans le budget Marceau

Dans un communiqué du ministère de la Culture et des Communications, nous apprenons que « un projet de loi omnibus sera présenté au cours de la session du printemps 2013 par le ministre des Finances et de l’Économie. Il visera notamment à augmenter, à compter de 2012-2013, le prélèvement annuel sur les revenus de la taxe spécifique sur les produits du tabac afin de permettre de bonifier de 5,5 M$ annuellement le Fonds du patrimoine culturel québécois. Rappelons que ce fonds permet de soutenir des projets de conservation, de recyclage, de mise aux normes et de mise en valeur du patrimoine dans toutes les régions du Québec. » Pour lire ou relire notre article sur le patrimoine culturel et la danse, cliquez ici.

De plus, un nouveau crédit d'impôt remboursable pour les activités physiques, artistiques et culturelles des jeunes de 5 à 16 ans sera implanté graduellement au cours des cinq prochaines années pour un coût fiscal total de 35 millions de dollars. Pour lire le communiqué du ministère des Finances émis le jour du dépôt du budget, cliquez ici.

Nouvelle précédente Nouvelle suivante