2019-07-08
 
Cette section est réservée aux membres du RQD

Stéphanie Fromentin

Interprète, Chorégraphe

Stéphanie Fromentin est une chorégraphe, interprète et pédagogue en danse et en yoga. Elle a développé sa versatilité en création et en interprétation à l'Université Concordia, où elle est diplômée avec distinction d'un BFA en danse contemporaine en 2004. Elle y a notamment dansé pour Andrew Tay et Sasha Kleinplatz pendant ses études (4 Spins au Studio 303 en 2003, Me and Us à Tangente en 2004) parmi d’autres chorégraphes indépendant et émergeants de 2000 à 2004. Après ses études, elle poursuit sa vie d'artiste en France où elle a créé et interprété notamment pour Compagnie Kalijo, Martin Kravitz, Small Room Dance et Jeremy Wade (Berlin). En 2010 elle revient à Montréal pour continuer ses études à l'UQÀM et obtient sa maîtrise (MA) en danse en 2014 (sujet : Perception et sensations du temps présent vécu par l'interprète en dansant). À l’UQÀM elle a été honorée comme récipiendaire de la bourse Pierre Lapointe pour excellence académique et a travaillé comme assistante de professeur pendant plusieurs années.

Depuis 2010 elle travaille en tant qu’interprète pour divers chorégraphes à Montréal et à Toronto, notamment Helen Simard avec qui elle travaille depuis le début de sa trilogie sur Iggy Pop (NO FUN à Tangente en 2015, Summerworks en 2016, Dancing on the Edge en 2017, IDIOT à La Chapelle en 2017, Centaur en 2018, et REQUIEM POP à l'Agora de la Danse en 2019) ainsi qu’avec Daina Ashbee, Parts+Labour_Danse, Wants&Needs Danse, entre autres. Elle a présenté des pièces solos (Tracking Time au Studio 303 en 2014, à Montréal et à Anjou avec Les Fenêtres qui Parlent, Festival du 375e de Montréal) et des duos en collaboration avec Sébastien Provencher (Drawing a Blank à Dance Matters en 2015) et Emmalie Ruest (It’s Fine au Festival Fringe de Montréal en 2018). Ses recherches courantes démontrent un intérêt pour l'exploration du temps et la présence en performance.