2019-07-15
 
Cette section est réservée aux membres du RQD

Te dire vrai – Geneviève Duong (2017)


26,62$

Édifice Wilder, Montréal

Acheter

Liens utiles

En programme double avec Not on This Earth de Charlie Prince (Liban) et Keren Rosenberg (Pays-Bas)

7, 8 et 9 novembre 2019 à 19h30
10 novembre 2019 à 16h
Offert en Forfait découverte
Rencontre avec les artistes le 8 novembre 

Durée 
11 min

Elle pleure, elle pleure, elle pleure. Geneviève articule ses écrits et leur poésie se déploie dans des mouvements lents et précis. Nous sommes transportés dans son voyage somatique vers l’émancipation. Cette étude corporelle intime plonge dans la mémoire pour en repêcher des fragments. Ces souvenirs ont surgi au cours d’un processus de réflexion de la chorégraphe-interprète sur son héritage triculturel: vietnamien, argentin et québécois. L’œuvre émerge aussi de témoignages récoltés sur l’oubli culturel et sur les heurts identitaires liés aux migrations humaines.

Crédits 
Chorégraphe et interprète: Geneviève Duong
Mentor pour l’écriture littéraire: Mélanie Rivet

Mot de l’artiste 
Une résidence d’écriture (2016) a d’abord été réalisée sous le mentorat de l’auteure et poète gatinoise Mélanie Rivet. Sur le thème de la Mémoire Collective, ce solo performatif a été présenté pour la première fois lors de l’évènement chorégraphique La Petite Scène au Cercle Lab vivant à Québec (2017). Les éléments scéniques utilisés (un appareil manuel à diapositive des années 60 et la projection de la mémoire photographiée de mes grands-parents maternels); le travail corporel; la voix; et le théâtre d’ombres sont privilégiés dans une perspective d’éveil de la part inconsciente du soi par des composantes tangibles.

Biographie 

Depuis ses études en sciences infirmières à l’Université McGill et l’obtention de son diplôme en danse contemporaine à L’École de danse de Québec (2012), avec mention, Geneviève Duong agit à titre d’interprète, chorégraphe, enseignante et performeuse. Muée d’un désir d’ancrer sa pratique dans un processus de réflexion scientifique, elle s’inscrit au baccalauréat en Sciences historiques et études du patrimoine à l’Université Laval (2017-). Ses créations reflètent une de ses préoccupations profondes, soit le développement d’un langage du corps engagé, conscient et compatissant à travers un processus de composition spontané pluridisciplinaire. Elle a participé à une résidence de recherche au Centre des arts de Banff (2017) afin d’expérimenter sur les multiples façons d’engager le corps et la voix dans un contexte performatif instantané, en dialogue avec la musique. Elle se perfectionne au continu et participe à Springboard (2016). Elle est administratrice au sein du RQD (2015-2018) et de L’Artère (2012-).