Représentation et concertation | Le 24 janvier 2019

Écho de l'assemblée publique du CAC

Partager
Simon Brault à l'Assemblée générale du Conseil des arts du Canada, 2019 © Conseil des arts du Canada

Le 15 janvier dernier, le RQD a assisté virtuellement à l’assemblée publique annuelle du Conseil des arts du Canada (CAC) dont le directeur et chef de la direction a fait un bilan du Plan stratégique qui s’étale jusqu’à 2021 et répondu à une dizaine de questions du public.

Soulignant que le soutien à la création autochtone et celui à l’action internationale ont déjà plus que doublé, Simon Brault a insisté sur les efforts déployés pour atteindre les clientèles des groupes prioritaires jusqu’alors peu ou pas desservies. Ainsi, en 2019 comme en 2018, des agents de programmes se déplaceront à travers le pays pour aller à la rencontre d’artistes de tous les groupes visés par l’équité. Si vous en faites partie, n’hésitez pas à vous manifester!

Au chapitre du Fonds Stratégie numérique, l’orateur a rappelé l’existence de nouvelles possibilités de financement pour que les organismes soutenus au fonctionnement puissent accroître leur engagement dans l’environnement numérique et leurs collaborations au sein du secteur grâce à l’embauche de spécialistes et autres consultants. Attention, l’un des dépôts est à date fixe avec une échéance au 4 février et un formulaire assez simple à remplir.

En réponse à certaines questions du public, Simon Brault a rappelé que le taux de succès était établi de manière uniforme dans toutes les régions, soit au prorata des demandes déposées, et il a indiqué qu’avec 3 500 organismes soutenus, il était impossible d’offrir toutes les rétroactions attendues en cas de refus. Aux préoccupations exprimées relativement aux problèmes de harcèlement, il a déclaré qu’aucun organisme ne pouvait agir en chien de garde, mais que le sujet était prioritaire dans les discours et les actions du CAC. En plus d’avoir appuyé la conception de deux trousses pour renforcer les capacités des organismes à contrer les comportements inappropriés, le Conseil n’hésitera pas à intervenir, comme il l’a fait l’an dernier, si un problème sérieux est porté à son attention.

Lire le discours de Simon Brault.

 

Nouvelle précédente Nouvelle suivante