Les échos du milieu | Le 30 août 2018 - Par Laure Barrachina, du Festival Quartiers Danses

Démocratiser la danse contemporaine

Partager
Laure Barrachina animant l'atelier Les P'tits Danses dans un CPE © Géraldine Lavoie-Dugré

Démocratiser la danse contemporaine, c’est la mission que s’est donnée le Festival Quartiers Danses. Une mission aussi honorable que délicate qui nécessite quelques efforts, un brin d’audace et qui s’ancre dans de profondes réflexions humaines et sociales. Quand la magie opère, les bienfaits de la médiation culturelle sont aussi nombreux que précieux.

Démocratiser la danse contemporaine, c’est amener la danse là où elle ne se trouve pas habituellement. C’est proposer aux artistes de sortir des salles de spectacle pour aller dans la rue, dans les arrondissements et dans les organismes communautaires pour rencontrer différemment leurs publics et animer des ateliers de médiation.

Démocratiser la danse contemporaine, c’est l’adapter aux capacités de tous les publics, des plus jeunes aux plus âgés, des personnes à mobilité réduite ou ayant une différence intellectuelle. Les P’tits Danses, notre nouvel atelier conçu pour les CPE, permet aux jeunes enfants d’explorer le mouvement, le rythme, l’espace, la mémoire et l’imagination sur la thématique des émotions.

Démocratiser la danse contemporaine, c’est dévoiler les bienfaits d’un art qui peut paraître élitiste. La danse stimule la curiosité et la créativité, elle revalorise les corps et l’estime de soi. La médiation intervient dès le premier contact avec les intervenants communautaires (qu’il faut parfois convaincre d’inclure la danse dans leur programmation d’activités). Nous avons partagé la curiosité puis l’enthousiasme des participants du projet Les corps-poèmes, réalisé en partenariat avec Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) et la compagnie Debout: Actes de parole. Les participants des Compagnons de Montréal et du Centre d’intégration à la vie active (CIVA), qui avaient tous des différences intellectuelles et physiques, ont apprivoisé deux arts exigeants, la danse et la poésie, pour développer une démarche artistique complète alliant musicalité, mouvement et langage.

Démocratiser la danse contemporaine, c’est questionner des enjeux d’actualité. En 2018, le Festival Quartiers Danses a axé son volet de médiation culturelle sur l’intergénérationnel. Les personnes âgées sont souvent victimes de stéréotypes négatifs et souffrent d’isolement. Or, en 2030, elles seront plus nombreuses que les jeunes de moins de 20 ans. Cette statistique doit nous faire réfléchir sur la place des aînés dans nos sociétés et leur nécessaire valorisation. Nous avons ainsi engagé un partenariat avec l’école secondaire Cavelier de LaSalle pour sensibiliser les étudiants en danse à ces questions. Lors d’une série d’ateliers avec des danseurs plus âgés, ils ont élaboré une chorégraphie, reflet de leur prise de conscience et du pont qu’ils ont construit avec les aînés.

Démocratiser la danse contemporaine, c’est enfin proposer des espaces d’échanges. Des tables rondes sont organisées chaque année durant le festival pour réunir des acteurs du milieu de la danse et aborder des enjeux actuels avec le public. Rejoignez-nous les 6 et 7 septembre 2018 dans l’édifice Wilder pour nos prochaines tables rondes, Danser l’intergénérationnel: défis et solution et Émissions télévisées et démocratisation de la danse contemporaine.

 

 

Laure Barrachina
Responsable de la médiation culturelle
Festival Quartiers Danses

 

 

Pour en savoir plus sur la programmation du festival, rendez-vous sur quartiersdanses.com.

 

Nouvelle précédente Nouvelle suivante