1 mars 2019

Appel à projets / Call for projects - Theosexual: Spiritual Porn

Informations supplémentaires

// English

Theosexual: Spiritual Porn est à la recherche de projets d'art performance et multidisciplinaires pour une soirée de performances qui aura lieu le jeudi 9 mai 2019 au centre CDEx, à l'UQAM.

Le projet 
Dans notre contexte social de primauté de l'image médiatique et où les codes de la pornographie Internet se retrouvent dans plusieurs aspects de la culture visuelle (Attimonelli et Susca, 2016/2017), il nous semble crucial d'ouvrir différentes pistes de réflexion sur notre rapport à l'érotisme des corps tout en s'intéressant à sa charge mystique (Bataille, 1957). En effet, la proximité entre l'érotisme et le sacré a souvent été déviée par les institutions religieuses hégémoniques et l'industrie de la pornographie majoritairement hétérocentriste. En cadrant les expériences religieuses et érotiques dans des principes hétéronormatifs et mercantiles, la religion organisée et l'industrie pornographique bâillonnent la mise en jeu fondamentale de l'individu nécessaire à l'expérience transgressive et transcendante, soit le point de rencontre entre l'érotisme et le mysticisme.

Si l'érotisme est ancré dans le corps, celui-ci est aussi la matière au cœur des pratiques artistiques queers. Ce corps n’est pas passif en ce qu’il est le lieu où le genre agit comme un pouvoir créateur, performatif (Butler, 2005, Preciado, 2003). Dans les pratiques queers, le corps est l’enjeu d’une déterritorialisation de l’hétérosexualité (hétérosexualité comprise comme une politique de production de la normalité avec des corps «normaux»), une résistance à la normalité qui permet d’agir sur le biopouvoir et les biotechnologies de production de subjectivité sexuelle. Il nous semble que c’est à ce corps que parviendront à s’arrimer les conceptions queers d’une spiritualité non normatives. Theosexual: Spiritual Porn se veut un espace d'expression pour les corps queers réclamant ainsi leur agentivité par des pratiques liminales à la lisière de l'art et du rituel, du politique et du spirituel, de la pornographie et du sacré.

Theosexual: Spiritual Porn recherche des projets de performance et multidisciplinaires, qui pourraient agir comme des réponses possibles à ces questions: de quelles manières les subjectivités queer peuvent-elles se réapproprier l'érotisme du corps normé par les idéaux érotiques hétéronormatifs et homonormatifs? Est-il possible d'allier spiritualité et sexualité queer, considérant l'oppression causée par plusieurs institutions religieuses? Quelles formes prendraient un art sacré et queer?

L'objectif est de créer un espace inclusif où des artistes s'intéressant à ces questions pourront s'exprimer et ouvrir un dialogue avec la communauté artistique, académique et le grand public. Il s'agit aussi de créer un safespace pour l'expression de subjectivités marginalisées et une prise de parole sans jugements et sans tabous.

Co-organisateurs 
Shandi Bouscatier, candidat au doctorat en études et pratiques des arts, UQAM.
Jonathan Sardelis, candidat à la maîtrise en arts visuels et médiatiques, UQAM.

Contexte 
Du 6 au 13 mai 2019, Jonathan Sardelis occupera l'espace du CDEx avec l’exposition de son travail de peinture. Nous avons le désir de profiter de cette occupation du lieu pour organiser une soirée de performances artistiques / rituelles / politiques / spirituelles (le jeudi 9 mai) autour des thèmes et des questions reliés à la conjonction des notions d'érotisme, de pornographie, du sacré/spirituel dans des perspectives queers. Il sera possible d'adapter l’accrochage de l’exposition pour les besoins des performances.

Date de l'événement 
Le jeudi 9 mai 2019 de 17:00 à 22:00

Lieu
Le Centre de Diffusion et d'Expérimentation des étudiant.es de la maîtrise en arts visuels et médiatiques (CDEx), situé en plein cœur de l'UQÀM, accessible pour les personnes à mobilité réduite, est un lieu de diffusion et de rassemblement important pour la communauté artistique UQÀMienne. Il s'agit d'un lieu situé au cœur de la vie culturelle du Quartier Latin, et près du Village Gay, historiquement chargé au sujet de la lutte des droits LGBTQ+. Fait notable, l'espace est construit à l'intérieur d'une ancienne église (Saint-Jacques). Nous organisons cette soirée avec un esprit de subversion du pouvoir (hétéro)normatif de l’institution académique. Nous avons pour idée (et espoir!) que cette soirée de performances agira comme une queerisation de l’espace institutionnel et permettra d’agrandir la « queer map » des artistes.

Cachet
Cette soirée de performances est une initiative entièrement bénévole, conçue pour tisser des liens au sein de la communauté artistique et offrir un espace d'expérimentation. Bien que nous croyons fermement que le travail des artistes doit être compensé financièrement, nous faisons ce projet avec nos fonds personnels limités. Nous travaillons à verser un cachet symbolique aux artistes performeur.ses par des demandes de financement et des commandites, mais le résultat de ces démarches est incertain. Nous suggérons que les artistes qui appliquent le font en connaissance de cause.

Safespace et inclusivité 
Nous souhaitons créer avec cette soirée un espace sécuritaire et inclusif. Nous voulons que toustes puissent se sentir bienvenu.e.s et respecté.e.s dans leur subjectivité. Nous chérissons l’idée de créer un espace d’empuissancement, de rencontre et de visibilité réparatrice. Ce safespace n’est pas définit par l’architecture du lieu, il est instauré et porté avec et par chacun.e.s de nous!

Le dossier doit être composé:
- d’un texte descriptif du projet (comprenant aussi les besoins techniques et la durée approximative de la performance) - 250 mots;
- d’un CV artistique et d'une courte bio d'environ 100 mots;
- d’un portfolio visuel (jusqu’à 10 images) en format JPG,

Cet appel à dossier se réfléchit dans une optique queer où la qualité artistique du projet importe davantage que le cursus professionnel et/ou académique. Nous invitons ainsi les personnes de divers parcours à appliquer au projet.

Nous vous demandons de transmettre votre dossier à theosexual@gmail.com avant le 24 mars 2019 23:59.

***

Theosexual: Spiritual Porn is searching for performance and mutlidisciplinary art projects for a happening that will be held Thursday May 9th 2019 at the CDEx center at UQAM. 

The project 
Considering the primacy of mass media images in our social context and the ways Internet pornography has pervaded many aspects of visual culture (Attimonelli and Susca, 2016/2017), we think it necessary to open new critical discourses on the eroticism of bodies while also taking into account its mystical nature (Bataille, 1957). Indeed, the proximity between eroticism and the sacred has often been deviated by the hegemonic religious institutions and the pornographic industry, largely heterocentrist. By framing the religious and erotic experiences in heteronormative and commercial principles, they muzzle the possibility of transgression and transcendence of the self, the fundamental common ground to the erotic and mystical experiences.

If eroticism is anchored in the body, the latter is also the heart of queer artistic practices. This body is not passive, as it is the place where gender acts as a creative, performative power (Butler, 2005, Preciado, 2003). In queer art practices, the body is the terrain of a deterritorialization of heterosexuality (heterosexuality understood here as a political means to the production of normality through "normal" bodies), a resistance to normality which allows to act upon the biopowers and biotechnologies producing sexual narratives. For us, it is in this resistant body that the queer conceptions of a non-normative spirituality may take root. Theosexual: Spiritual Porn is therefore a space of expression for queer bodies reclaiming their agency through liminal practices, oscillating between art and ritual, political and spiritual, pornography and sacred.

Theosexual: Spiritual Porn searches for performance and multidisciplinary art projects, which could act as possible answers to these questions: in what ways queer subjectivities may reclaim the eroticism of the body normalized by the heteronormative and homonormative erotic ideals? Is it possible to ally spirituality and queer sexuality, considering the oppression caused by many religious institutions? What forms would take an art that is sacred and queer?

Our objective is to create an inclusive space where artists interested by these questions may express themselves and open a dialogue with the artistic and academic community, as well as a broader public. It is also our desire to create a safespace for the expression of marginalized subjectivities, free of judgment and taboos.

Co-organizers 
Shandi Bouscatier, PhD candidate for the Studies and Practices of the Arts doctorate, UQAM.
Jonathan Sardelis, masters candidate for the Visual and Media Arts program, UQAM.

The context 
From the 6th to the 13th of May 2019, Jonathan Sardelis will hold a painting exhibition in the CDEx venue. We desire to take advantage of the occupation of this exhibition space to create an artistic/ritual/political/spiritual performance evening (Thursday, May 9th) addressing themes and questions related to the convergence of the notions of eroticism, pornography, the sacred and the spiritual in queer perspectives. It will be possible modify the disposition of the exhibition according to the needs of the performances.

Date of the event 
Thursday, May 9th, from 17:00 to 22:00

The Venue 
The Centre de Diffusion et d'Expérimentation des étudiant.es de la maîtrise en arts visuels et médiatiques (CDEx), located in the heart of UQAM, accessible for individuals with reduced mobility, is an important space for the gathering and the outreach of UQAM's artistic community. It is a space within the heart of the cultural life of the Quartier Latin, situated near the Gay Village, an area historically important in the fight for LGBTQ+ rights. Interestingly, the building is also erected inside an ancient church (Saint-Jacques). We are organizing this event with a will to subvert the (hetero)normative power of the academic institution. We desire that this evening of art performances will act as a queerization of the institutional space and will allow us, as a community, to expand the queer map for artists.

Artist fee 
This event is an entirely volunteer initiative from our part. Even though we firmly believe that the work of artists should be compensated financially, we are doing this project with our limited personal funds. We are currently working to obtain the means to offer a symbolic fee to the artists with funding proposals and sponsors, but the outcome is uncertain. We suggest that applying artists do so knowingly.

Safespace and Inclusivity 
With this event, we wish to create a secure and inclusive space. We wish that all may feel welcomed and respected in their subjectivity. We cherish the idea of creating a space of empowerment, meeting and restorative visibility. This safespace is not defined by the architecture of the place, it is initiated by each of us!

The contents of the proposal must contain:
- a descriptive text of the project (including the technical details and the approximate duration of the performance) - 250 words;
- an art CV and a short biography (about 100 words);
- a visual portfolio (up to 10 images) in JPEG format.

This call for proposals is thought within a queer perspective where the artistic quality of the project is more important than the professional and/or academic curriculum. We therefore encourage people from diverse backgrounds to apply.

Please send your proposal at theosexual@gmail.com before the 24th of March 2019, 23:59.


Mentions photographiques: 
© Comfreak - Pixabay