Représentation et concertation | Le 6 septembre 2018

L’Aparté: ressources contre le harcèlement et les violences en milieu culturel

Partager

En écho aux multiples dénonciations de harcèlement dans les milieux artistiques et culturels et à la mobilisation commune de regroupements et d’associations disciplinaires et syndicales, le gouvernement du Québec annonçait, en mars 2018, un investissement de 900.000$ pour lutter contre le harcèlement et les agressions sexuelles dans le milieu des arts et de la culture. Un montant de 360.000$ a été octroyé à l’Union des artistes (UDA) afin de mettre sur pied un service d’orientation et d’accompagnement pour les victimes d’inconduites. La clinique Juripop, mandatée pour ce projet, a mené une intense période de travail et de concertation avec les différents milieux pour concevoir L’Aparté. Ce service entièrement confidentiel et gratuit offre une première assistance aux travailleurs du milieu culturel, toutes disciplines artistiques confondues, victimes ou témoins de harcèlement psychologique ou sexuel, ou d’autres violences au travail.

Un service personnalisé et sécuritaire
Mis en ligne le 4 septembre dernier, le site Internet de L’Aparté dévoile enfin les services et les coordonnées de cette ressource très attendue. En plus de proposer une ligne d’aide et d'orienter vers les ressources disponibles en cas d’urgence, le site fournit de précieuses informations sur la notion de consentement et sur le harcèlement et les agressions sexuelles. La responsable de L’Aparté, l’avocate Virginie Maloney, a été mandatée pour traiter les demandes issues de toute la province et recevoir la parole dans un espace sécuritaire. Assurant une indépendance avec les associations professionnelles, ses consultations permettront de livrer les informations juridiques utiles et de renseigner la personne sur ses droits ainsi que sur les solutions qui s’offrent à elle. L’Aparté travaille en étroite collaboration avec des organismes communautaires, tant psychosociaux que juridiques.

La création de L’Aparté, qui veille à l’accueil et au bien-être des personnes en situation d’abus, constitue une étape importante vers un changement de culture et l’ouverture à un meilleur climat de travail dans les milieux artistiques et culturels.

Le RQD, en concertation et en action
Fabienne Cabado, directrice générale du Regroupement québécois de la danse (RQD), fait partie du comité de consultation élargi mis à contribution dans la réflexion concernant les actions à mener suite à l’initiative gouvernementale qui prévoyait non seulement les services de L’Aparté, mais aussi un volet de formations préventives développé par l’Institut national de l’image et du son (INIS). Parallèlement, le RQD poursuit sa collaboration avec un groupe de professionnelles de la danse, estimant que les particularités de la discipline exigent un examen approfondi des besoins de formation, le recensement de ressources et la création d’outils qui lui sont propres.

 

Plus d’informations

Sur les investissements du gouvernement


Sur le harcèlement en danse

 

Nouvelle précédente Nouvelle suivante