L'avez-vous vu passer ? | Le 27 septembre 2018 - Par Myriam Daguzan Bernier

Infolettre: l’outil qui ne se démode pas

Partager
© Rodion Kutsaev - Unsplash

Depuis quelques années, de nombreux médias (journaux, magazines, sites web, etc.) annoncent le retour de la fameuse  infolettre. Mais il n’y a pas réellement de «grand retour»: cet outil est présent depuis les débuts du web et n’a jamais vraiment disparu. L’infolettre s’est tout simplement renouvelée et a su trouver un nouveau créneau à exploiter. Pour les compagnies et les artistes, ce regain est l’occasion idéale de créer un média fait maison allumé et vivant qui pourra attirer le public et l’informer. 

Voici quelques bonnes raisons pour lesquelles les infolettres sont plus populaires que jamais et pourquoi elles constituent d’excellents outils à utiliser pour se démarquer sur le web:

1. Passer des informations loin du bruit ambiant des médias sociaux
Beaucoup de gens s’en plaignent, avec raison: les médias sociaux sont envahissants et nous bombardent d’informations, tellement qu’on ne sait plus qu’en faire. Le besoin de silence se fait sentir et réussir à obtenir l’information désirée n’est pas chose facile. Si des gens s’abonnent à votre infolettre, c’est qu’ils ont confiance en vos choix, se montrent intéressés par ce que vous avez à dire et souhaitent obtenir un condensé d’infos utiles et pratiques. Utilisez ce moment d’accalmie que les lecteurs s’offrent pour les accrocher avec des informations pertinentes et intéressantes. En tant qu’organisme culturel ou artiste, vous avez des choses à dire et à montrer. Ne vous en tenez pas seulement à vendre des billets et/ou annoncer des dates de représentations. Parlez de vous, faites entrer les gens dans le coeur de vos créations, parlez-leur des coulisses de votre organisme ou de vos spectacles, des rencontres que vous faites. Si le public prend la peine de cliquer sur «Je m’abonne», il mérite mieux qu’un dépliant publicitaire!

2. Une façon directe d’accéder/de connecter avec son public et de demeurer présent.e dans l’esprit des gens
Lorsque quelqu’un s’abonne à votre infolettre, vous avez un accès direct à cette personne: vos informations tombent directement dans sa boîte de courriels. Vous avez donc de grandes chances que ces infos soient consultées, que les liens soient cliqués, contrairement à Facebook, par exemple, qui montre vos contenus à une fraction de vos abonné.e.s et exige de plus en plus de sous pour ce faire. Profitez de la proximité offerte par l’infolettre pour offrir du contenu de qualité qui vous assurera un investissement (temps de lecture, clics sur des liens, etc.) et un attachement. Créez une impression d’intimité et de proximité en leur racontant des choses sur vous, en leur expliquant qui vous êtes.

3. Offrir du contenu inédit
Les gens ont pris la peine de s’inscrire à votre infolettre? Remerciez-les avec des primeurs, des éléments inédits, des concours, des offres auxquelles seules ces personnes auront accès. Ne faites pas que répéter les mêmes informations qui se trouvent aussi sur Facebook, Instagram, Twitter, YouTube et cie; chaque média a sa couleur, son ton, sa façon de dire les choses et votre infolettre en fait partie.

4. Proposer des formats longs
Alors que le web est envahi par des tas de contenus vidéo en accéléré, des articles de type liste, ou encore des résumés d’information très condensés pour les gens «qui n’ont plus le temps de lire», les «longreads» ont actuellement la cote. Ils permettent de traiter en profondeur un sujet précis, de décortiquer et analyser des phénomènes de société et aussi de proposer une lecture complète et fouillée d’un sujet qui touche de près l’organisme ou la personne qui le relaie.

Des exemples? Une longue entrevue avec un.e artiste; un manifeste artistique qui positionne la compagnie/l’organisme et présente sa philosophie; une carte blanche à un.e artiste; un question/réponse sur les questions posées les plus fréquemment ou, inversement, les réponses aux «questions que vous n’avez jamais osé demander»; une liste de lecture pour l’été, etc. Sky is the limit, comme on dit. En fait, la limite, c’est de rester fidèle à sa soi-même ou sa compagnie et de proposer quelque chose qui correspond à ses valeurs. 

En bref, faites preuve d’inventivité, d’originalité et amusez-vous avec votre infolettre! C’est un excellent moyen de rejoindre le public et de lui accorder un temps d’arrêt créé par vous, spécialement pour lui. Alors, captivez-le! 

 

Myriam Daguzan Bernier
Spécialiste en communications numériques, Myriam est édimestre et gestionnaire de communauté à La Fabrique culturelle. Cette année, elle va offrir deux formations au RQD: Capter l'attention du lecteur sur le Web le 26 octobre et Prendre sa place dans les médias sociaux le 7 février.

 

Nouvelle précédente Nouvelle suivante