Prix Interprète

Créé en 2014 à l'occasion du 30e anniversaire du RQD, le Prix de la danse de Montréal - Catégorie INTERPRÈTE présenté par le Regroupement québécois de la danse et la Caisse Desjardins de la Culture est décerné à un(e) artiste s’étant démarqué(e) sur la scène québécoise par la qualité de son interprétation et son engagement dans la création et envers sa discipline. Il vient rendre publiquement hommage aux interprètes, ceux et celles par qui la danse advient, s’anime, prend forme, devient œuvre, corps scénique et point de rencontre avec le public.

Remis annuellement dans le cadre des Prix de la danse de Montréal (PDM), ce prix est assorti d’une bourse de 10 000 $ grâce à la contribution financière du Regroupement québécois de la danse, de la Caisse de la Culture et d’un donateur privé. Le ou la lauréat(e) est désigné(e) par le jury des PDM.

 

LAURÉATS

2017 –  MANUEL ROQUE ET ESTHER GAUDETTE, LAURÉATS EX-AEQUO

Danseur poétique et virtuose, Manuel Roque a retenu l’attention par sa passion pour la création, son parcours riche et diversifié, la rigueur et la profondeur de sa démarche. Son solo bang bang lui a également valu le Prix du CALQ pour la meilleure œuvre chorégraphique de la saison 2016-2017. Il a profité de son allocution pour appeler à ralentir le rythme effréné de la production. « Les rouleaux compresseurs du divertissement et de la rentabilité pèsent lourd dans l’échiquier de l’offre culturelle actuelle et contaminent insidieusement de nombreuses sphères de l’espace créatif. Peut-être pourrions-nous parler un peu moins de chiffres et un peu plus de sensations, d’émotions, d’inspirations, d’aspirations, de questionnements, d’engagements », a-t-il lancé aux quelque 300 personnes présentes.

Le jury des PDM a été séduit par la sensibilité à fleur de peau, l’engagement total dans une trajectoire sans complaisance, ainsi que par la cohérence des choix esthétiques d’Esther Gaudette dont il a souligné la grande puissance, la précision et la justesse d’interprétation. « La danse, je la sens partout. Elle est action, émotions en mouvements, corps en puissance, engagement et équilibre. Elle est fascinante et vibrante. Elle atteint souvent l’état de grâce qui nous fait continuer à croire en la beauté sous toutes ses formes », a indiqué Esther Gaudette au RQD.

 

 

2016 – SOPHIE CORRIVEAU

Interprète chevronnée, Sophie Corriveau collabore au travail de chorégraphes aguerris comme d'artistes de la relève, toujours prête à renouveler son regard, à revoir sa posture au contact des autres. Le jury des PDM a souligné la longévité de sa carrière, sa capacité à se renouveler ainsi que son engagement dans sa pratique et dans sa communauté. Il a également été séduit par l’originalité de son projet Nous (ne) sommes (pas) tous des danseurs. Cette table ronde dansée intergénérationnelle venait clore une résidence d’interprète de deux ans à l’Agora de la danse, dont Sophie Corriveau a été la toute première bénéficiaire. Le projet imaginé conjointement avec la dramaturge Katya Montaignac réunissait 17 artistes autour d’enjeux inhérents au métier de l’interprète en danse.  «Je vois la danse comme une action poétique vers une découverte de l’être, de sa sensibilité, de son intelligence et de sa responsabilité dans la société. Je la vois aussi comme une action politique qui questionne les valeurs en cours et qui met de l’avant le droit au rêve et à l’imaginaire», a confié Sophie Corriveau.

 

2015 – LUCIE VIGNEAULT

L'impressionnante feuille de route de cette artiste pigiste témoigne d’une contribution aussi brillante que personnelle à nombre d’œuvres chorégraphiques de création et de répertoire. De Lucie Vigneault, le jury a souligné le charisme, la polyvalence, la grande justesse et l’énergie volcanique; de même que sa capacité exemplaire à se mettre au service d’une œuvre. «On ne dira jamais assez que la qualité des œuvres chorégraphiques est intimement liée à celle des danseurs qui y donnent corps et vie. Traçant son chemin comme pigiste depuis une quinzaine d’années, épousant des univers chorégraphiques aussi différents les uns que les autres, Lucie Vigneault est l’une des manifestations de l’excellence en interprétation, un exploit d’autant plus grand quand on connaît la précarité et les exigences du métier d’interprète.» a déclaré Lorraine Hébert, directrice générale du RQD.

 

2014 – CAROL PRIEUR

Le Regroupement québécois de la danse et la Caisse de la Culture ont été heureux de remettre le tout premier Prix INTERPRÈTE à Carol Prieur, figure emblématique de la Compagnie Marie Chouinard qui jouit d’une solide réputation sur la scène nationale et internationale. Carol Prieur s’est rapidement imposé aux membres du jury en raison de sa présence scénique exceptionnelle, sa force extraordinaire et son intime compréhension du corps et des œuvres qu’elle porte. La remise de ce Prix vient aussi saluer son engagement indéfectible et sa grande générosité à l'endroit de la communauté des danseurs et de l’ensemble de la discipline.