Trajectoire n° 5

ÉMERGENCE DE LA DANSE INDIENNE AU QUÉBEC

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Fragment de La toile-mémoire de la danse au Québec [1895-2000]

 

Fin des années 1970. Le Québec se fait de plus en plus cosmopolite et métissé. La danse professionnelle, alors dominée par le ballet et la danse moderne, s’enrichit d’esthétiques venues d’ailleurs. Tandis que la réputée Mamata Niyogi-Nakra commence à enseigner ses premières classes de Bharata Natyam à Montréal, des artistes québécois comme Richard Tremblay et Benoit Villeneuve enseignent les danses classiques indiennes au retour de voyages initiatiques en Asie. De fascinantes ramifications relient ces pionniers de la danse indienne au Québec. De Montréal à l’Himalaya, en passant par Québec et Delhi, découvrez leurs parcours dans cette trajectoire sans frontière.
 

    

    

 

Traits d’union
Grande ambassadrice de la danse indienne à Montréal, Mamata Niyogi-Nakra œuvre à la formation de jeunes danseurs au sein de la Fondation Kala Bharati depuis 1980. Parmi les élèves de cette proche amie de Vincent Warren – avec qui elle a longtemps partagé les secrets de la danse indienne lors de rencontres hebdomadaires –, se trouvent Benoit Villeneuve et Manijeh Ali. Chacun à sa manière a contribué à développer la danse indienne au Québec.

Benoit Villeneuve est le premier Québécois officiellement formé en danse classique de l’Inde. Il se convertit à l’hindouisme, change de nom pour Jai Govinda, parfait son apprentissage à Delhi puis, s’installe à Vancouver où il établit son école. Il enseigne à Ginette Dion-Ahmed, future directrice artistique de la compagnie montréalaise Sattvika Danse. Manijeh Ali, également formée en Bharata Natyam, débute sa carrière de chorégraphe en collaboration avec Ginette Dion. Elle fondera plus tard le festival QuébéAsia, un cadre informel pour les chorégraphes et les interprètes d’explorer les thèmes et les styles artistiques provenant d’Asie.

Quant à Richard Tremblay, en 1972, un voyage dans l’Himalaya l’inspire et le mène à fonder la compagnie Danse Kathakali à Montréal (1981), renommée Danse Kalashas en 1990. Ses créations font appel à de nombreux danseurs contemporains, dont Mariko Tanabe, Peter Trotszmer et Geneviève Pépin.

À partir des filiations d’enseignement et de collaborations professionnelles recensées dans la Toile-mémoire entre 1895 et 2000, il est captivant d’observer comment des parcours apparemment éloignés se croisent et se nourrissent mutuellement. La Toile-mémoire ne dévoile pourtant qu’une partie de l’histoire de la danse au Québec. De la confluence des cultures, des influences stylistiques et de la pluralité des esthétiques, le récit reste à écrire. Car il n’y a pas qu’une, mais des centaines d’histoires à documenter et à transmettre pour révéler la danse québécoise dans toute sa richesse et sa diversité.

***

Qu’est-ce que le Bharata Natyam?
Le Bharata Natyam est une danse classique de l’Inde, originellement présentée dans les temples et transmise de maître à disciple depuis au moins 2 000 ans. Le mot bharatha (bha-ra-tha) est composé de trois syllabes qui pourraient faire référence respectivement à trois mots tamouls : bavam (l’expression du visage), ragam (la musique et le rythme) et thalam (rythme imprimé par la main). L’expression faciale, ou abhinaya, communique toute la gamme des émotions et donne vie à des personnages. L’apprentissage du Bharata Natyam est un long voyage au cœur de l’être, où le corps, l’âme et l’esprit s’allient et se fondent en parfaite harmonie.

Qu’est-ce que le kathakali?
Le kathakali est une forme de théâtre dansé originaire du sud de l’Inde et créée il y a plus de cinq siècles. Combinaison spectaculaire de drame, de danse, de musique et de rituel, ses personnages, aux maquillages élaborés et aux costumes raffinés, reconstituent des épisodes tirés des épopées hindoues du Mahâbhârata, du Rāmāyana et de la vie de Krishna.

 

Bharata Natyam dance show given by Ginette Dion-Ahmed & the Sattvika Danse school. 

 

À PROPOS DE LA TOILE-MÉMOIRE

TRAJECTOIRE #1 : Premiers lieux d’enseignement professionnels à Montréal

TRAJECTOIRE #2 : La danse émergeante des années 1970

TRAJECTOIRE #3 : La tradition classique fait son chemin

TRAJECTOIRE #4 : Autour d’Iro Tembeck

BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE

CENTRES DE DOCUMENTATION