Trajectoire n° 3

LA TRADITION CLASSIQUE FAIT SON CHEMIN

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Fragment de La toile-mémoire de la danse au Québec [1895-2000]

 

Partant des années 1930 jusqu’à aujourd’hui, cinq parcours de vie vous entraînent, au détour de quelques danses javanaises et spectacles au Royal Ballet de Londres, dans cette troisième trajectoire tirée de La Toile-mémoire de la danse au Québec. Partez à la découverte de George W. SheflerEleanor Moore-AshtonMargaret Mercier, Vincent Warren et Les Grands Ballets Canadiens en consultant leurs fiches biographiques et iconographiques.

 

Fiches biographiques et iconographiques 

                 

       

 

Alors que le thème de la diversité artistique est de plus en plus à l’avant-plan, auriez-vous imaginé que, dès les années 1930 à Montréal, on enseignait au sein d’une même école la danse classique, moderne, javanaise, indienne et espagnole? Qui était donc ce George Shefler, fondateur de la Shefler School of Dancing qui fut l’incubateur de tant de futurs artistes en danse? Parmi ses élèves, il y eut notamment Eleanor Moore-Ashton. Celle qui reçut également son enseignement des réputés Ted Shawn et Michel Fokine développa une technique d’apprentissage du mouvement originale, fondée sur des connaissances en neurologie acquises et inspirées par le suivi de ses enfants qui connurent des problèmes de cette nature. L’une de ses élèves, Margaret Mercier, fut à 17 ans la plus jeune soliste du célèbre Royal Ballet of London. Elle joignit ensuite la toute jeune compagnie les Grands Ballets Canadiens (GBC), fondée un an plus tôt en 1957, et pour laquelle elle dansa plusieurs œuvres. La fondatrice et directrice artistique des GBC, Ludmilla Chiriaeff, possédait un indéniable flair artistique qui permit au public québécois de découvrir nombre de chorégraphes marquants. En 1968, deux des artistes des GBC, Margaret Mercier et Vincent Warren, participèrent à un projet de l’Office national du film qui s’avérera non seulement une œuvre phare du réalisateur Norman McLaren, mais aussi un document qui n’a pas son pareil dans le patrimoine de la danse québécois. Chorégraphié par Ludmilla Chiriaeff, le court métrage Pas de deux, fut récompensé d’un prix BAFTA (British Academy of Film and Television Arts), considéré comme l'équivalent britannique des Oscars. Aujourd’hui, la contribution de Vincent Warren à la danse excède largement le champ de l’interprétation, lui qui s’est illustré comme professeur, historien, conférencier et archiviste. La bibliothèque de la danse de l’École supérieure de ballet du Québec porte son nom depuis 2009.

 

 

Pas de deux from National Film Board of Canada on Vimeo.

 

À PROPOS DE LA TOILE-MÉMOIRE

TRAJECTOIRE n°1 Premiers lieux d’enseignement professionnels à Montréal

TRAJECTOIRE n° 2 Les fascinantes ramifications de Véhicule Art

TRAJECTOIRE n° 4 Autour d'Iro Tembeck

BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE

CENTRE DE DOCUMENTATION