Marc Boivin

Enseignant, Interprète

Partager

Biographie

Depuis plus de vingt-cinq ans, Marc Boivin oeuvre à titre de danseur tant au Québec que dans le reste du Canada et à l’international. Danseur prodigue à la sensibilité évocatrice, ses présences sur scène ont maintes fois été acclamées par la critique et le public. Depuis ses débuts en 1982 au Groupe de la Place Royale à Ottawa, sous la direction de Peter Boneham, Marc Boivin a prêté sa qualité d’interprète à de nombreux chorégraphes et projets. Dès 1985, il assiste aux balbutiements de la compagnie O Vertigo avec Ginette Laurin, en participant aux créations et nombreuses tournées canadiennes, américaines et européennes. En 1991, il devient danseur indépendant. Depuis, des chorégraphes de grande renommée tels Louise Bédard, Sylvain Émard, André Gingras, Jean-Pierre Perreault,Dominique Porte, James Kudelka, Tedd Robinson, Felix Ruckert et Catherine Tardif sollicitent son apport à la danse. Il participe aussi à plusieurs projets d’improvisation ; ces dernières expériences se révéleront d’ailleurs déterminantes dans le parcours du danseur. En effet, elles inspireront sa passion pour la création chorégraphique et mouleront l’imaginaire qu’il prêtera à ses propres pièces. Marc Boivin remporte en 1999 le prix Jacqueline-Lemieux, décerné par le Conseil des arts du Canada.

Parallèlement à son cheminement de danseur, Marc Boivin entame dès 1987 une carrière d’enseignant à LADMMI, l’école de danse contemporaine. Passionné autant pour l’approche pédagogique que par sa carrière d’interprète, il enseigne et chorégraphie régulièrement dans les écoles et universités à travers le Canada. Notons ses passages à Vancouver, à l’Université de Calgary et aux stages de EDAM où il enseigne l’interprétation, l’improvisation, la technique tout en offrant aussi des services de coaching.

Si Marc Boivin évolue longtemps comme interprète, accordant corps et sensibilité à la parole des chorégraphes, il développe aussi un intérêt prononcer pour la création. Fasciné par l’humain, il entretient une envie d’explorer son regard de chorégraphe, sa voix à lui. Il crée d’abord des pièces pour les institutions scolaires dans lesquelles il enseigne. C’est ainsi qu’il signe les oeuvres à Winnipeg, Toronto et Montréal, dont La Fracture qui sera aussi reprise au Royal Winnipeg Ballet School, en même temps que la création de Aria. Fort de son expérience, c’est entre 2004 et 2008 qu’il esquisse les solos To Somewhere Else et Between here and now pour les danseuses professionnelles respectives Jolene Bailie (Winnipeg) et Jennifer Dallas (Toronto) et la pièce de groupe Fragments, pour la compagnie Code Universel, à Québec.

L’élaboration du solo Impact marque une étape charnière dans la carrière du danseur. Première pièce qu’il chorégraphie pour lui-même, celle-ci arrive dans le parcours du danseur telle une synthèse de plusieurs années de métier. Celui qui a dansé la danse des autres ressent aujourd’hui l’urgence de créer, de laisser une trace reflétant son vécu, ses rencontres, son approche à la danse. Testament d’une vie d’interprète ou témoignage d’un parcours riche, parsemé de sens et de diversité, Impact réalise l’expérience totale de création que Marc Boivin cogitait depuis longtemps. Seul devant un bagage artistique imposant, il désire raconter, parler au monde dans un langage qui lui est propre et unique.

Marc Boivin s’implique également dans le milieu de la danse contemporaine et est un acteur influent dans l’émancipation de cette dernière. Président de la Fondation Jean-Pierre Perreault depuis 2005, il a aussi été membre du Conseil des Arts de Montréal de 2006 à 2010. Lors du 26e Rendez-vous annuel du Regroupement québécois de la danse (RQD) les 23 et 24 octobre 2010, l’assemblée générale des membres a élu Marc à la présidence, succédant ainsi à Anik Bissonnette.

Filtres du répertoire

Réinitialiser Retour au répertoire