Ludmilla Chiriaeff

Interprète, Chorégraphe

Membre honoraire du RQD

Partager
  • © Harry Palmer
  • Ludmilla Chiriaeff en 1975 © La Presse
  • Madame Chiriaeff enseigne à une élève.

Biographie

(1924-1996)

Chorégraphe, danseuse, professeure

Née à Riga, en Lettonie, Ludmilla Chiriaeff étudie la danse aux Ballets russes et devient danseuse soliste à l'opéra de Berlin au début de la Deuxième Guerre mondiale. Soupçonnée d'être juive, elle est internée dans un camp de concentration en Allemagne, en 1941. Libérée à la fin de la guerre, elle s'installe en Suisse où elle ouvre sa première école de danse. En 1952, elle arrive au Canada où elle enseigne et devient chorégraphe à la Société Radio-Canada, pour laquelle elle présente une émission mensuelle consacrée à la danse: «L'Heure du concert». Elle y présentera, entre autres, le ballet «Cendrillon». En 1955, elle fonde les Ballets Chiriaeff qui deviendront les Grands Ballets canadiens en 1958. Sous sa direction (1955-1974), les Grands Ballets canadiens s'illustrent partout au Canada et aux États-Unis, contribuant à développer l'intérêt pour la danse au Québec. En 1966, elle fonde l'École supérieure de danse du Québec. Elle y consacre toutes ses énergies à partir de 1974, ce qui ne l'empêche pas de participer à l'implantation du programme de concentration en danse dans le système public d'éducation au Québec, notamment à l'école primaire Laurier (1986), à l'école secondaire Pierre-Laporte (1975) et au cégep du Vieux-Montréal (1979). Par ses nombreuses chorégraphies, elle contribue à promouvoir la culture québécoise, en y intégrant des œuvres d'artistes du Québec soit par la musique, les décors, les costumes ou encore par l'utilisation d'éléments de danse folklorique. Pendant sa carrière, elle reçoit plusieurs honneurs dont le prix international Nijinski (1992) et le prix du gouverneur général pour les arts de la scène (1993).

 

En référence :
L'Encyclopédie du Canada: édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.491.

En complément :

Roland Lorrain, Les Grands ballets canadiens : ou, Cette femme qui nous fit danser, Montréal, Éditions du Jour, 1973, 219 p.

Source : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/biographies/243.html

Filtres du répertoire

Réinitialiser Retour au répertoire