Daniel Soulières

Chorégraphe, Interprète

Partager

Biographie

Dynamique au sein du milieu de la danse montréalaise depuis plus de trente ans, Daniel Soulières est le fondateur, directeur artistique et directeur général de la compagnie Danse-Cité qu'il a créé, le 25 mai 1982 et dont la mission est de « stimuler la création, de contribuer à l'exploration des artistes et de favoriser leur dépassement, tout en garantissant au public une aventure authentique de qualité ». Avec Danse-Cité, Daniel Soulières a accompagné, de leur idée génératrice à leur réalisation sur scène, plus de 260 créations.

Daniel Soulières est l'interprète de 191 créations pour une cinquantaine de chorégraphes, qui totalisent près de 1000 spectacles sur scène, présentés en Amérique, en Australie et en Europe. Il est soliste, entre autres, pour les chorégraphes Louise Bédard, Danièle Desnoyers, James Kudelka, Jean-Pierre Perreault et Linda Rabin.

Au cours de ses années de métier, Daniel Soulières diversifie ses collaborations et travaille fréquemment avec des chorégraphes de toutes les générations. Il danse pour plusieurs pionnières de la danse contemporaine au Québec (Françoise Riopelle, Françoise Sullivan et Jeanne Renaud), tout autant que pour des chorégraphes de la relève (Michèle Rioux, Roger Sinha, David Pressault, Estelle Clareton et Dominique Porte). En 2003, il a par exemple participé, en tant qu'interprète, aux pièces Errance et Réflexes : axone 1 puis Espace dynamique II : ombres et lumière de Dominique Porte, présentées à la Cinquième Salle de la Place des Arts, au Festival international de nouvelle danse (FIND) et à la Fondation Jean-Pierre Perreault.

Par ailleurs, Daniel Soulières partage l'univers « perreauesque » depuis plus de vingt ans. Depuis la chorégraphie-rencontre Dix minutes en 1980 (devenue par la suite un solo), il a dansé la plupart des œuvres du chorégraphe Jean-Pierre Perreault.

Daniel Soulières travaille avec plusieurs metteurs en scène, notamment Denis Marleau et Gilles Maheu. Il est de la distribution de quinze films, notamment Sullivan de Françoise Dugré (2010), Élégie de Bernar Hébert (2004), La fin de la voix d'Olivier Asselin (2002) et Mozart, l'enfant de la musique de Raymond St-Jean (1999).

Il est membre fondateur du Regroupement québécois de la danse, un organisme de concertation et de représentation pour la danse au Québec. Il a également participé à la création de Diagramme Gestion culturelle, une compagnie qui permet à des chorégraphes émergents d'avoir accès à des gestionnaires compétents à peu de frais.

En février 1989, Daniel Soulières reçoit le Prix Jacqueline-Lemieux qui souligne l'ensemble de sa carrière. De plus, sa compagnie a été honorée pour son apport à la danse contemporaine par le Conseil des arts de Montréal, en tant que finaliste 2002 du prix de la Ville de Montréal.

 

Filtres du répertoire

Réinitialiser Retour au répertoire