Lancement des boîtes chorégraphiques - Les Choses dernières et Bagne

Partager
  • © Rolline Laporte / Angela Barsetti

La Fondation Jean-Pierre Perreault (FJPP) est très heureuse de vous convier le mardi 21 novembre prochain au lancement de deux nouvelles boîtes chorégraphiques. Réalisé en étroite collaboration avec Lucie Grégoire Danse, PPS Danse et le Département de danse de l’UQAM.

Documenter, valoriser et transmettre la danse contemporaine et actuelle est au cœur de la mission de la FJPP. En ce sens, l’ajout de deux nouvelles boîtes à notre collection numérique de boîtes chorégraphiques participe pleinement à l’accessibilité et au rayonnement des patrimoines chorégraphiques québécois.

La collection numérique de boîtes chorégraphiques
Les boîtes, conçues d’après une idée originale de Ginelle Chagnon, rassemblent tout ce qui a mené à la création d’une œuvre. Elles contiennent des éléments porteurs de sens qui permettent la recréation de l’œuvre et sa compréhension esthétique, sociale, historique. Les boîtes renferment différentes archives ainsi que de nouveaux documents créés expressément pour les boîtes ; on y trouve notamment : biographie des chorégraphes, calendrier de production, notations et schémas chorégraphiques, scénographie, éclairages, costumes et maquillage, revue de presse ainsi que de nombreux documents sonores et visuels : captations de répétions et de spectacles, entretiens avec les chorégraphes, etc. EC2 rend d’ailleurs accessibles de larges extraits des boîtes, contribuant à la valorisation et à la compréhension d’œuvres marquantes de la danse.

Les Choses dernières de Lucie Grégoire

Créé en 1994 et librement inspiré du roman de Paul Auster, ce solo, point culminant d’une quête inlassable autour de la question de l’identité, a longtemps habité Lucie Grégoire. Elle le transmet en 2016 à Isabelle Poirier, une autre interprète d’une grande intensité, à l’occasion du trentième anniversaire de la compagnie Lucie Grégoire Danse.

+

Bagne de Jeff Hall et Pierre-Paul Savoie

Bagne, créée en 1993, est la pièce centrale d’un cycle de collaboration d’une douzaine d’années entre les chorégraphes et interprètes Jeff Hall et Pierre-Paul Savoie.