Atelier - Câlinage agressif: des politiques du toucher aux poésies du toucher avec Eroca Nicols (Toronto)

Partager

For the English version, please visit our website

Du 9 au 13 octobre 2017 – 9 h 30 à 12 h 30 (lun-ven)

Tarif: 75$  (Emploi-Québec)

Ouvert aux artistes de toutes disciplines / Formation en anglais

Pour s'inscrire: info@studio303.ca ou 514 393-3771

J’ai récemment commencé a étudié le Jiu Jittsu Brésilien (BJJ) et je vois beaucoup de parallèles avec l’impro-contact. Comme en impro-contact, pour la pratique du Jiu Jittsu il est absolument nécessaire d’impliquer toute son attention à la tâche dû à un réel risque physique. Un des aspects que j’adore en Jiu Jitsu et où je vois une très grande différence avec l’impro-contact est l’incroyable clarté des limites. Lorsqu’une personnes “ taps out ”; une petite tape sur l’épaule ou la jambe ou même n’importe quelle partie du corps qui peut être atteinte, cela signifie: stop, arrête de faire ce que tu fais, lâche prise, sépare toi physiquement pour qu’on recommence. Aussi, avant de commencer il y a la coutume du high five et du fist bump. Les signaux ne sont pas des suggestions d’accord, ils sont des signaux clairs: oui, je suis d’accord de m’engager, non, je ne suis plus d’accord et nous arrêtons.

Souvent, en contact-impro les limites sont bien plus floues et il y a beaucoup de raisons pour cela incluant l’hétéro-patriarcat systémique, la suprématie blanche et les idées coloniales de “ liberté ” et de capacitisme. La culture du contact-impro peut inclure des limites bien définies, mais selon mon expérience ce n’est pas le cas et cette culture exclut beaucoup de gens particulièrement les femmes et les personnes s’identifiant comme queer ou gender-fluid, les personnes de couleurs ou avec des capacités différentes. Je souhaite que le contact-impro soit un endroit où je peux inviter ma communauté mais ce n’est pas présentement le cas. Peut-être qu’en adoptant des méthodes de consentement explicite du Jiu Jitsu Brésilien nous pouvons nommer certaines problématiques autour du consentement et des limites qui existent à l’intérieur de la communauté de contact-impro, en faisant cela avec attention et ouverture d’esprit. Je veux souligner l’importance et la place des politiques du toucher pour précéder aux poétiques du toucher. Je crois que nous pouvons commencer la-dessus en même temps que nous prendrons le temps de pratiquer des outils ludiques d’une autre approche de mouvement basée sur le travail de partenaire avec le Jiu Jitsu.

Voici une liste de choses que nous ferons assurément:
- Demander et recevoir le consentement avant de toucher qui que ce soit!
- Développer et pratiquer à la fois les signaux physiques et verbaux de début et d’arrêt.
- S’entraîner à dire oui et non sincèrement
- S’entraîner à entendre le oui et le non et à ne pas y répondre

D’autres outils que nous travaillerons:
- S’amuser avec différents niveaux de compression et de poids
- Serrer très fort, comment composons-nous et nous connectons-nous?
- Improviser à partir des positions de Jiu Jitsu Brésilien
- Les positions: mount, guard, half guard, side guard

Eroca Nicols est une mordue de performance et du corps humains. Son alter-ego et sa compagnie, Lady Janitor, scrutent le monde à la recherche d’endroits où inciter des moments radicaux de chaos artistique, consommer d’énormes quantités de café, revêtir d’incroyables combinaisons et discuter avec des penseurs et artistes du mouvement de toutes sortes. Eroca est présentement connue comme danseuse/chorégraphe/professeure mais ses pratiques multiples émergent d’une famille semi-mystique de caravaniers nomades, d’années à travailler comme concierge et d’un BFA en video/performance art et sculpture du California College of the Arts. Son enseignement et son entraînement sont largement influencés par son étude continuelle de l’anatomie et des biomécanismes. Elle est ravie de travailler dans le monde entier notamment comme artiste professeure en résidence au Whole Shebang à Philadelphie et dans des festivals divers ainsi qu’auprès d’institutions comme The School of Making Thinking à New-York, P-af, le forum des arts de la performance en France, ImPulsTanz à Vienne et au Studio 303 à Montréal. Eroca a reçu une bourse de la Chalmers Research Fellow et poursuit ses recherches autour de la mort, du rituel et de la performance avec des guérisseurs et organisateurs autour du monde.

Retour au calendrier