Densité d'un moment, Hello Piano et Empreinte - Floor Rider & TONIK

Partager
  • © Mateo Casis. Sur la photo : Simon Ampleman, Joe Danny Aurélien, Geneviève Gagné, Emily Honegger, Jean-François Légaré et Julie Tymchuk

Ce programme triple permet de découvrir les chorégraphes de Floor Rider & TONIK, Geneviève Gagné et Emily Honegger respectivement dans leur travail solo avec Empreinte et Hello Piano, pour ensuite plonger dans l’univers emportant de Densité d’un moment.

Hello Piano 
Une femme, assise sur une chaise dans une douche de lumière tient un dialogue en mouvement avec elle-même. À travers une gestuelle angulaire et définie, inspirée du mime et du « tutting », elle vit une bataille intérieure entre le contrôle et le mystère, entre le connu et l’inconnu, entre le scientifique et le mystique. Elle découvre une douceur, influencée par la musique hypnotique de Philip Glass, et s’abandonne à la grâce.
Empreinte
« Je suis empreinte de moments de joie, de souffrance, de peur, de calme et d’extase. Je suis empreinte de beauté, de laideur et de vérité. Je suis empreinte de la vie. » Si chaque pas fait sur cette terre laisse une trace au sol, quelle est l’importance du sillon laissé au fond d’un cœur par les expériences vécues? À travers une gestuelle faisant un heureux mélange entre des mouvements fougueux tirés du breakdance et la douceur méditative, de gestes influencés du Qi Gong, ce solo est une visite intime, physique et personnelle de ce qui est inscrit au plus profond de soi.
Densité d'un moment
Un moment peut être d’une grande densité. Certaines émotions vont accélérer le temps alors que d’autres vont le ralentir. Un même évènement peut être vécu complètement différemment selon la perspective de chacun. Que se passerait-il si nous pouvions arrêter le temps pour disséquer la densité et la complexité qui habite un moment partagé par un groupe? Cette pièce parle de la mémoire et de ce qui demeure une fois que le temps a fait son œuvre. Dans cet univers poétique et surréaliste, six interprètes interdépendants dansent avec puissance et délicatesse. L’espace et le temps tissent une trame malléable, le son est palpable.

Chorégraphes : Geneviève Gagné et Emily Honegger
Interprètes : Simon Ampleman, Joe Danny Aurélien, Geneviève Gagné, Emily Honegger, Jean-François Légaré et Julie Tymchuk.
Compositeur : Jacques Poulin-Denis
Concepteur d’éclairage : Paul Chambers
Directrice des répétitions : Sophie Michaud