L'avez-vous vu passer ? | Le 14 juin 2013

Vers la philanthropie et plus loin encore

Partager

Le groupe de travail sur la philanthropie culturelle, créé par le gouvernement du Québec en janvier dernier, a rendu public le 11 juin son rapport intitulé Vivement, pour une culture philanthropique au Québec !

Parmi les constats qui ont mené le Groupe de travail à identifier 5 leviers d’actions : en 2010, le don moyen au Québec était de 208 $, comparativement à 446 $ pour l’ensemble des Canadiens. La même année, 3 % des dons des particuliers au Québec ont profité aux organismes appartenant au secteur des arts et de la culture. Le ministère des Finances et de l’Économie estime à un peu plus de 45 millions de dollars les dons effectués en 2011 à la culture par les particuliers et les entreprises. À cet égard, le Groupe de travail énonce une cible chiffrée: porter les dons à la culture de 45 millions de dollars à 68 millions de dollars d’ici quatre ans, soit une augmentation de 50 %.

Le Groupe de travail propose d’agir sur cinq leviers :

—Améliorer, bonifier et pérenniser le programme Mécénat Placements Culture

—Création de PArtenaires, un organisme à but non lucratif, indépendant du gouvernement, fournissant

des services-conseils et un savoir-faire dans le maillage entre le secteur culturel et le milieu des affaires

—Accroitre le nombre de nouveaux donateurs et de grands donateurs au moyen de l’outil fiscal

—Inscrire la culture au centre de la ville grâce à la philanthropie culturelle

—Investir pour la jeunesse en offrant la culture le plus tôt possible

 

Extraits du rapport qui retiennent uniquement le programme Mécénat Placement Culture:

_______________

Financement des tournées hors Québec

Le Groupe de travail propose d’utiliser Mécénat Placements Culture pour apporter une réponse

durable aux besoins des organismes culturels quant au financement des tournées. Le Groupe de travail recommande d’ajouter un volet au programme Mécénat Placements Culture, afin de financer les tournées hors Québec. Les projets présentés seraient approuvés par le CALQ, selon la démarche déjà opérationnelle. Ce volet de Mécénat Placements Culture ne remplacerait pas les subventions actuelles d’aide à la tournée administrées par le CALQ, mais s’y ajouterait.

Les règles seraient les suivantes :

— dans le cadre du programme Mécénat Placements Culture, un organisme culturel souhaitant

financer une tournée hors Québec pourrait recevoir un appariement 1 pour 1 – maximum par

souscription équivalent au minimum entre les dons recueillis ou 50 000 $;

— l’organisme bénéficierait immédiatement des sommes – dons et appariement – pour le

financement des frais liés à la tournée.

 

 

Un accès plus rapide aux fonds accumulés

Les règles d’utilisation des fonds collectés et de la subvention de contrepartie doivent être assouplies, pour tenir compte des besoins des organismes culturels recherchant du financement à court terme.

Le Groupe de travail propose que le programme Mécénat Placements Culture offre dorénavant deux modes d’appariement, au choix de l’organisme :

— Un volet 1, dont l’appariement serait identique aux règles actuelles, pour les organismes souhaitant assurer un financement à long terme.

— Un volet 2, dont l’appariement comporterait de nouvelles règles, pour les organismes désirant privilégier un financement à court terme.

Un programme bonifié

L’enveloppe budgétaire affectée au programme doit être bonifiée, pour réduire le délai d’attente

actuel. En raison des résultats déjà obtenus, le Groupe de travail propose au gouvernement de bonifier

graduellement l’enveloppe budgétaire du programme, afin de la porter à 10 millions de dollars annuellement d’ici trois ans.

Un programme dont le financement serait pérennisé

Le financement du programme doit être pérennisé, pour assurer la stabilité à long terme du soutien ainsi apporté à la philanthropie culturelle. À cette fin, le Groupe de travail propose la création du Fonds Avenir Mécénat Culture, qui recevrait des contributions provenant directement des revenus de certaines sociétés d’État – soit Loto-Québec, la Société des alcools du Québec ou Hydro-Québec. Les autres sociétés d’État à vocation économique, comme la Caisse de dépôt et placement du Québec et Investissement Québec, pourraient également vouloir contribuer au fonds. L’objectif visé serait d’atteindre une capitalisation de 200 millions de dollars sur une période de dix ans, afin de produire des rendements annuels d’environ 10 millions de dollars à terme et ainsi permettre l’autofinancement du programme.

_______________

Si les recommandations concernant le programme Mécénat Placement Culture sont les bienvenues, il aurait été intéressant que le Groupe de travail puisse s’appuyer sur une analyse des coûts (argent, temps et ressources) absorbés par les organisations et les artistes afin d’arriver à tirer leur part dans cet univers du financement privé. D’autres recommandations visant à favoriser un meilleur accès des jeunes à la culture ne prennent pas suffisamment en compte les contextes, les enjeux et les besoins sur le terrain.

Attendons de voir parmi tout ce que le Groupe de travail propose ce que le gouvernement Marois retiendra et soutiendra. L’ensemble des mesures proposées par le Groupe de travail couteraient au plus 15 millions par année, soit près de 60 millions sur 4 ans, investissement appelé à diminuer lorsque le programme Mécénat Placement Culture atteindra l’autofinancement. Selon la première ministre, un investissement à même les fonds publics de 15 M$ serait «raisonnable», a-t-elle déclaré, se disant même ouverte à évaluer la possibilité d’investir davantage. «Toutes les propositions m’apparaissent intéressantes […] Je veux m’engager auprès de la population à ce qu’il y ait des suites. […] Plus on aura des dons, plus ce sera intéressant pour le gouvernement d’accompagner ces donateurs.»

Imaginons que l’engagement électoral de son parti d’investir 13 millions de crédits supplémentaires dans le budget du Conseil des arts et des lettres du Québec pour soutenir directement la création, la production et la diffusion puisse se réaliser du même souffle! À suivre…le Rapport étant actuellement sous analyse au ministère des Finances et au ministère de la Culture.

Lire l’article d’Isabelle Paré dans Le Devoir au sujet de cette annonce. 

Consulter le Rapport complet (106 pages) ou le sommaire (10 pages) à la page 8 du même rapport.

Nouvelle précédente Nouvelle suivante