Représentation et concertation | Le 11 juin 2015

Un petit pas pour le patrimoine, mais un grand pas pour la danse!

Partager
Dena Davida dans une pièce de Paula Ravit (1982 ou 1983) © Robert Etcheverry, collection Tangente.

Mardi dernier, les membres du comité de suivi de l’État des lieux en patrimoine de la danse professionnelle étaient réunis dans les bureaux du RQD pour prendre connaissance de la dernière version du rapport, procéder à son ultime révision et échanger sur les perspectives d’avenir. Cette étude, que nous avons bien hâte de rendre publique à l’automne prochain, marque une étape cruciale d’un projet dont l’intuition remonte — tenez-vous bien — à près de dix ans! Certains se rappelleront peut-être le chantier sur les territoires de la danse, qui traitait notamment de la question des ancrages de la discipline dans le paysage culturel et où il était apparu que les notions de mémoire, d’histoire et de patrimoine étaient incontournables. Depuis, on a vu émerger au sein de la communauté de la danse une préoccupation croissante pour le patrimoine (et les multiples déclinaisons et interprétations qu’un terme aussi vaste suggère). Et si cet État des lieux a pu se mettre officiellement en branle à l’hiver 2014, c’est grâce au Conseil des arts et des lettres du Québec qui l’a soutenu, après plusieurs mois de recherche de financement et de démarches menées par le RQD auprès des différentes instances subventionnaires. Parmi les mérites de cet État des lieux, relevons ceux de proposer une première définition du patrimoine de la danse, d’identifier tous les champs concernés par cette notion et de donner l’heure juste sur les défis que la danse devra relever dans les années à venir pour qu’elle soit reconnue comme faisant partie intégrante du patrimoine culturel du Québec.  

L’État des lieux que vous découvrirez dans quelques semaines dresse un portrait de la situation et dégage des orientations, des stratégies et des actions qui guideront la prochaine étape de travail, soit celle de doter le milieu d’un plan d’action qui interpelle tous les acteurs concernés par la documentation, la conservation, la transmission et la diffusion du patrimoine de la danse.

Notez d’ailleurs à vos agendas qu’une partie du prochain Rendez-vous annuel des membres sera consacrée à ce sujet. L’occasion sera belle pour partager les questions et les avancées réalisées ces dernières années par différents organismes en matière de patrimoine et nourrir la suite des travaux.

En terminant, il importe de souligner la qualité du travail de la directrice de recherche Myriam Grondin, soutenue par la directrice du RQD Lorraine Hébert et le chargé de projet George Krump, ainsi que par le comité de suivi composé de Geneviève Dussault, Jean Gagnon, Jean Gervais, Mireille Martin, Sylviane Martineau, Theresa Rowat, Pierre-Paul Savoie et Mario Veillette. Le RQD remercie aussi chaleureusement les artistes et les représentants d’organismes — et ils sont près de 75! — qui ont répondu à l’enquête et participé aux diverses consultations menées en cours d’année et dont les témoignages ont fourni la substance de cet État des lieux qui nous concerne tous.

 

Nouvelle précédente Nouvelle suivante