Représentation et concertation | Le 29 septembre 2016

Successions en danse: Retour sur la rencontre avec les conseils des arts

Partager
©DBouchard-RQD

Une soixantaine de personnes se sont présentées ce mardi 27 septembre à l'Usine C à l'occasion de la rencontre portant sur les enjeux de la succession des directions artistiques au sein des compagnies de création en danse. Quelques membres de Québec y ont également assisté grâce à Internet. Nos invitées du Conseil des arts du Canada (CAC), du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et du Conseil des arts de Montréal (CAM) ont d'abord livré de précieuses informations sur leurs processus de gestion des successions ainsi que sur les réformes des programmes en cours au CAC et au CALQ. Questions et commentaires des participants ont ensuite nourri plus d'une heure d'un dialogue ouvert et franc.

Tel un arbre qui cache la forêt, le dossier des successions éveille des craintes et soulève de nombreuses questions quant au financement de la danse et à la santé de son écologie. Comment garantir la pérennité des infrastructures en danse? Les enveloppes budgétaires attribuées à la danse au Québec seront-elles maintenues en cas de succession ou de fermeture? Comment redistribuer les fonds ainsi dégagés pour permettre à la fois la création d'œuvres à grand déploiement pour faire rayonner la culture chorégraphique québécoise et un meilleur essor des artistes et compagnies intermédiaires et des besoins des créateurs qui préfèrent rester indépendants?

Au-delà des enjeux financiers qui ont fortement mobilisé les échanges, la question fondamentale de la légitimité même des successions a été soulevée. Qu'est-ce qui légitime le choix d'une succession plutôt que d'une fermeture? Que souhaite-t-on léguer? Que doit-on préserver? Que doit-on transformer pour favoriser le développement disciplinaire?

 

Des mesures et des outils
Caroline Lussier, directrice du service de la danse du CAC, et Véronique Fontaine, directrice du soutien aux organismes de création et de production du CALQ, ont profité de la rencontre pour annoncer les lignes de leurs nouveaux programmes de subvention en faisant ressortir ce qui pourrait avoir une implication dans les cas de succession ou de fermeture de compagnies.

Au CAC, un projet de succession sera évalué suivant les mêmes critères d'évaluation que tout autre organisme. Cependant, les agents seront outillés pour guider les comités de pairs dans l'évaluation des successions. La récurrence du soutien au fonctionnement ne sera donc pas garantie lorsque le directeur artistique d'un «organisme consacré à des artistes» se retirera.

Au CALQ, les nouveaux programmes de subvention aux organismes annoncés plus tôt cette semaine prévoient une « répartition équitable des ressources budgétaires, sans égard à l’historicité ». Ces mesures découlent de consultations des milieux artistiques et visent notamment à mieux accompagner le développement des nouvelles générations. Les critères d'évaluation demeurant les mêmes pour toutes les disciplines, comprenons qu'il revient aux pairs qui siègent sur des comités d'évaluation des conseils des arts de bien saisir le rôle joué dans l'écologie de la danse par les organismes candidats à la succession pour faire des recommandations éclairées.

Le CAM s'est dit sensible à la question du legs et de la transmission, rappelant que des études et des outils ont récemment été produits pour accompagner les directions artistiques des compagnies qui souhaitent mettre en valeur leur patrimoine : Testament artistique et Boîtes chorégraphiques de la Fondation Jean-Pierre Perreault, Guide des archives de la danse au Québec de BAnQ, État des lieux du patrimoine de la danse du RQD, etc. Actuellement en préparation de sa planification stratégique 2017-2020, le CAM prévoit l'élaboration d'un guide des pratiques exemplaires en matière de transition et de transmission et entend ainsi doter les jurys de pairs d'outils d'évaluation.

 

Desiderata du milieu de la danse
Plusieurs propositions concrètes ont été émises par les participants à la rencontre :

- que les conseils des arts énoncent des règles claires et équitables pour tous;

- que les conseils des arts définissent le processus à suivre en cas de succession et développent à cet effet un outil qui servirait aux membres des conseils d'administration des organismes qui envisagent la succession ainsi qu'aux jurys de pairs chargés d'évaluer ces projets;

- que l'évaluation du financement des cas de succession prenne en compte l'écologie disciplinaire (vitalité des régions, considération du public cible, contribution de l'organisme à l'équilibre global, etc.);

- qu'un comité de réflexion intergénérationnel et intersectoriel soit mis sur pied par le RQD.

 

Dans les prochains mois, le Regroupement québécois de la danse poursuivra la réflexion sur le dossier et verra à la création d'un comité dont le mandat et le champ d'action devront être précisés. Dès le 22 octobre, ses membres se pencheront sur les actions à privilégier dans les cinq prochaines années dans le cadre des ateliers du Rendez-vous annuel. Une occasion à saisir pour bien faire ressortir les enjeux des successions.

Nouvelle précédente Nouvelle suivante