L'avez-vous vu passer ? | Le 12 octobre 2017

Nouvelle ministre de la Culture: étonnement et inquiétudes dans les milieux artistiques

Partager
Marie Montpetit, ministre de la culture du Québec, 2017 © Erick Labbé, Le Soleil 

Le Regroupement québécois de la danse s'interroge sur les effets du remaniement ministériel qu'impose le gouvernement Couillard en plein renouvellement de la politique culturelle du Québec. Ce mercredi, Marie Montpetit a succédé à Luc Fortin au ministère de la Culture et des Communications (MCC) et comme ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française. Sa nomination intervient alors que s'achèvent tout juste les consultations des regroupements et associations culturels par le MCC pour établir les priorités de son plan d’action, qui devraient être déposés début décembre, et les engagements financiers nécessaires subséquents. Le moment est crucial et l'échéancier serré. 

Autant le Mouvement pour les arts et les lettres (MAL) que la Coalition la culture, le cœur du Québec – dont le RQD est un membre actif – appellent le MCC à maintenir son échéancier de travail.  «Nous souhaitons que la nouvelle ministre puisse prendre au pied levé le relais du ministre Fortin et poursuivre le travail avec une compréhension aussi poussée des enjeux des arts et de la culture que celle acquise par son prédécesseur. Le Mouvement craint que le changement de ministre n’entraîne un ralentissement considérable des travaux entourant le plan d’action devant accompagner la nouvelle Politique culturelle et ne nuise aux avancées souhaitées par les milieux artistiques», fait valoir Fabienne Cabado dans le communiqué du MAL dont elle est porte-parole. 

Le Regroupement québécois de la danse offre sa collaboration à la nouvelle ministre de la Culture et des Communications afin que les projets du MCC soient menés à terme dans les meilleurs délais et que l'augmentation significative et pérenne du budget du CALQ unanimement réclamée par les milieux artistiques puisse être annoncée dès le budget 2018. 

Qui est Marie Montpetit?
Députée de Crémazie, diplômée en sciences de l’environnement et en gestion culturelle des HEC Montréal, elle a également pratiqué le chant et le piano pendant une vingtaine d'année. Inconnue des milieux artistiques et culturels, elle a assuré en point de presse qu'elle «va prendre les prochaines heures pour prendre connaissance de l'ensemble des dossiers» et «essayer d'aller le plus vite possible pour continuer ce que [son] collègue, [son] prédécesseur avait débuté».
Voir sa biographie.

 

Revue de presse

 

Nouvelle précédente Nouvelle suivante