Valorisation de la discipline | Le 1er juin 2017

Mentorat Artistique Professionnel en danse: un témoignage inspirant

Partager
Eduardo Ruiz Vergara, Catherine Tardif, Marie Mougeolle dans Kass-klo Matisklo d'Eduardo Ruiz Vergara, Eclectik 2016 © Adrián Morillo

«Un formidable exercice d’adaptation pour le mentor et de réflexion pour le mentoré» retient la chorégraphe Catherine Tardif de son expérience avec l’artiste d’origine colombienne Eduardo Ruiz Vergara. Tous deux ont participé au programme de Mentorat Artistique Professionnel[1] proposé par Diversité Artistique Montréal (DAM) pour nourrir des échanges interculturels et intergénérationnels. Être aiguillé pour réaliser un plan d’affaires, développer une stratégie de communication, renforcer la diffusion de spectacles ou encore affiner son approche créatrice, le mentorat peut prendre toutes sortes de formes. Eduardo Ruiz Vergara et Catherine Tardif ont plutôt choisi de partager une expérience de studio… et de scène!

Mentors et mentorés sont jumelés par l’entremise de DAM avant de préciser ensemble la forme que prendra le projet de mentorat. «À la base, j’ai fait appel au programme pour mieux connaître le milieu de la danse à Montréal, se souvient Eduardo. Au début, Catherine et moi nous rencontrions simplement pour parler ensemble. Elle m’a donné beaucoup d’informations et le mentorat aurait pu s’en tenir à ces discussions, mais j’ai invité Catherine à participer à un projet artistique personnel. Nous avons entamé un travail d’exploration.» En transposant la relation mentorale dans le studio, Catherine et Eduardo ont opté pour un véritable échange artistique et créatif.

Catherine renchérit: «La relation a été inversée. C’est moi qui me suis trouvée à travailler sous la direction de l’artiste mentoré. Une fois en studio, je me suis concentrée à ma tâche d'interprète, mais j'ai poussé la discussion sur certaines décisions artistiques pour maintenir un dialogue actif. J’ai trouvé formidable que ce chemin se soit défini aussi simplement, au fil des discussions. L’expérience a été facilitée par le fait qu’Eduardo est un artiste sensible avec qui il est simple de travailler.»

Cerise sur le sundae, de leur travail en studio est née une courte pièce commandée par le MAI (Montréal, arts interculturels) pour l’édition 2016 d’ECLECTIK, réunissant sur scène les deux artistes et la danseuse Marie Mougeolle. Leur collaboration artistique se poursuit encore aujourd'hui.

Comme Catherine Tardif et Eduardo Ruiz Vergara, vous pouvez bénéficier vous aussi de cette expérience unique et inspirante de transmission réciproque. Comme mentor ou mentoré, inscrivez-vous au programme de Mentorat Artistique Professionnel d’ici le 31 juillet 2017.

 


[1] Le Regroupement québécois de la danse est partenaire du programme de Mentorat artistique professionnel depuis sa création.

 

Nouvelle précédente Nouvelle suivante