Les échos du milieu | Le 15 juin 2017 - Par Valérie Lessard, archiviste, artiste et enseignante en danse

Le patrimoine de la danse présenté aux archivistes du Québec

Partager
De gauche à droite - Lise Gagnon, Hélène Fortier et Valérie Lessard © Isabelle Dion

Sauvegarder et construire. Le thème du 46e Congrès de l’Association des archivistes du Québec, tenu au début du mois de juin, offrait l’occasion incontournable de faire découvrir la richesse du patrimoine vivant et archivistique de la danse à des spécialistes des milieux documentaires. La conférence Le patrimoine chorégraphique au Québec: de nouvelles initiatives pour la transmission, la diffusion et l’évaluation a permis de présenter quelques démarches et réflexions singulières en matière de conservation et de mise en valeur du patrimoine de la danse.

Que sont les archives de la danse?
Toutes les traces qui documentent les activités d’un artiste, d’une compagnie, d’un diffuseur, d’une institution d’enseignement ou d’un organisme de services en danse constituent des archives. En témoignant du processus de création d’une œuvre et de sa manifestation sur scène, les archives permettent d’assurer la pérennité des œuvres, de documenter les tendances artistiques et la diversité des pratiques. Elles permettent également d'élargir la connaissance du public sur la richesse culturelle de la danse et contribuent à la recherche, à la consolidation d’une histoire de la danse et à la valorisation de la discipline.

Conserver ou éliminer, comment choisir?
J’ai profité de la tribune qui m’était offerte lors du congrès pour partager les réflexions d'une recherche en cours sur la fonction de l’évaluation des archives. L’évaluation est l’acte de juger de la valeur des archives et mène à la décision de conserver ou d’éliminer un document. Que doit-on préserver et pourquoi? On a souvent la perception de devoir attendre qu’une compagnie de danse ait de longues années d’existence ou qu’elle mette fin à ses activités pour s’intéresser à la sauvegarde et au traitement de ses documents à valeur historique. L’acte d’évaluer est d’autant plus pertinent dans le contexte où le numérique a véritablement fait exploser la production de documents sous forme de fichiers. Le but de ma démarche est de proposer un ensemble de critères spécifiques à la discipline de la danse qui pourra servir de guide aux artistes dans l’évaluation de leurs archives historiques, et ce, dès le début de leur pratique professionnelle! Ces critères concernent la valeur de l’information ou de témoignage, l’utilisation possible des archives (retransmission, exposition, recherche), les caractéristiques matérielles (rareté, esthétique, fragilité ou obsolescence des supports), la valeur émotive des archives et les coûts reliés à la conservation.

Des archives de la danse à BAnQ
Il existe des outils qui facilitent l’autonomie des compagnies et des artistes quant à la gestion de leurs documents administratifs et historiques. C’est le cas du Guide des archives de la danse que présentait au Congrès l'archiviste-coordonnatrice de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). À l'appui de magnifiques images d’archives provenant des sept fonds en danse que conserve l’institution, Hélène Fortier a également fait découvrir aux archivistes les fonds chorégraphiques conservés à BAnQ Vieux-Montréal. D'ailleurs, saviez-vous que les Fonds Fernand Nault, Martine Époque, Jean-Pierre Perreault, Paul-André Fortier, Festival international de nouvelle danse (FIND), Grands Ballets Canadiens et Ludmilla Chiriaeff étaient à portée de main?

L'espace virtuel EC2_Espaces chorégraphiques 2
Lise Gagnon, directrice générale de la Fondation Jean-Pierre Perreault, est venue présenter la plateforme numérique EC2_Espaces chorégraphiques 2 lancée en septembre 2016. Sa conférence portait principalement sur le rôle que joue ce nouvel espace virtuel pour la danse d’ici et pour la diffusion d’archives chorégraphiques. Nous avons ainsi navigué de la Médiathèque à l’espace Dialogues en passant par la collection très originale des boîtes chorégraphiques développées dans le but de reprendre des œuvres phares du répertoire chorégraphique québécois.

Les archivistes présents à la conférence ont été enchantés de découvrir le riche patrimoine de la danse et les perspectives que nous leur avons présentées. Et si le manque de temps et d'argent sont de réels défis pour les artistes prêts à sauvegarder et mettre en valeur leur patrimoine, il existe toutefois des solutions et des outils concrets pour les accompagner dans leurs démarches. Faisons-en bon usage!

 

Auteure: Valérie Lessard, archiviste, artiste et enseignante en danse. 

Nouvelle précédente Nouvelle suivante