Représentation et concertation | Le 20 mars 2014

La culture, une vraie affaire

Partager

Il est bien lassant d’avoir à tenir, d’année en année, pratiquement le même discours pour que les arts et la culture fassent partie du débat électoral et qu’ils se méritent des engagements bien sentis de la part des candidats en lice. Une seule exception pour le moment… François Legault qui a annoncé, tout de go, qu’un éventuel gouvernement caquiste ne financerait pas Le Diamant, projet de théâtre développé par Robert Lepage à Québec !

Ce n’est pas anodin de réentendre ce type de discours qui présente la culture comme une dépense superflue, un luxe en cette période de restriction budgétaire, alors que tous saluent la créativité de la culture québécoise, l’excellence de nos créateurs et leur rayonnement sur la scène internationale.  

Encore heureux, en scrutant les plateformes électorales des principaux partis, nous y avons trouvé des orientations en matière de culture avec lesquelles il serait difficile d’être en désaccord : favoriser le maillage culture et éducation, prendre le virage du numérique, encourager la participation culturelle, soutenir la présence internationale des artistes et bien sûr consolider le soutien aux artistes.

Mais à 17 jours du scrutin, les principaux partis en lice n’ont toujours pas pris d’engagements concrets et aucun nouvel investissement en culture n’a été annoncé.

Restons optimiste et rappelons que si la culture est aussi foisonnante et rayonnante, c’est grâce à l’engagement des artistes dans une cause plus grande qu’eux et au bénéfice de tous. Sachons le reconnaître et investissons là où ça compte au-delà du mesurable et du quantifiable.

 

Parti Québécois : Donner un nouvel élan à notre culture, à nos créateurs et à nos artistes.

Lors de la campagne électorale de 2012, le Parti Québécois s’engageait à hausser le budget du CALQ de 13 M$. Mais le sous-financement chronique des programmes du CALQ est resté sans suite et, force est de constater, que cet engagement n’est plus à l’ordre du jour.

Pour l’essentiel, le PQ poursuit dans sa plateforme électorale, le travail qu’il a entamé au cours de ses 18 mois au pouvoir. Il entend :

  • doter le Québec d’une nouvelle politique culturelle adaptée aux réalités du XXIe siècle, afin d’assurer sa pérennité et son caractère distinctif;
  • faire en sorte que le secteur de la culture prenne le virage numérique;
  • appuyer le développement numérique et la présence de Télé-Québec en région;
  • déposer un projet de loi destiné à encadrer le prix des livres neufs imprimés et numériques;
  • consolider le soutien aux artistes et aux créateurs;
  • intensifier la diffusion des œuvres et des créations de nos artistes, dans toutes les régions du Québec comme à l’étranger;
  • multiplier les maillages entre le secteur de la culture et celui de l’éducation;
  • poursuivre la restructuration du réseau des musées et du secteur du cinéma;
  • encourager la philanthropie culturelle.


Québec Solidaire : Une société juste pour mieux vivre ensemble.

Québec Solidaire consacre deux points dans sa plateforme électorale aux questions culturelles. Le premier concerne la création et la production culturelles. «Pour permettre à tous les gens de pratiquer les arts et pour soutenir les artistes professionnels dans leurs activités de création et de production», Québec Solidaire s’engage à :

  • augmenter le financement de projets artistiques professionnels et appuiera les pratiques alternatives et émergentes partout au Québec;
  • soutenir la présence internationale des artistes et artisans du Québec;
  • assurer l’accès à quatre manifestations culturelles professionnelles pour les élèves du primaire et du secondaire;
  • soutenir la pratique amateur des arts pour toute la population, surtout en région.

Québec Solidaire souhaite également favoriser la culture numérique et entend :

  • soutenir la recherche et l’expérimentation sur Internet de modèles basés sur le partage et la création collective, en particulier là où des licences libres seront utilisées;
  • adapter les programmes actuels de financement de la culture pour qu’ils s’appliquent aux projets numériques;
  • diversifier les logiciels utilisés dans l’enseignement, en donnant la plus grande place au logiciel libre.

 

Coalition Avenir Québec : Un parti pris pour les contribuables

Pour la CAQ, qui dévoilait son programme électoral ce mercredi, «une clé essentielle du dynamisme artistique au Québec est son ouverture sur le monde. La Coalition croit que le Québec a fait, dans le passé, de bons choix en soutenant de façon significative le milieu culturel québécois.» Mais la CAQ croit qu’il est «encore possible de faire mieux.» Pour ce faire, le parti propose un plan d’action qui s’articule autour de deux objectifs :

  • stimuler la demande pour les produits culturels québécois au Québec;
  • accentuer les efforts afin d’aider à l’exportation des produits culturels québécois.

Un gouvernement de la Coalition Avenir Québec entend également soutenir l’exportation des produits culturels du Québec à l’étranger et dans l’univers numérique. Afin de déployer une stratégie cohérente à ce chapitre, la CAQ s’engage à demander au gouvernement fédéral un élargissement significatif de ses responsabilités en matière de promotion de sa culture à l’étranger.

 

Parti Libéral, Équilibrer… nos finances publiques

Le Parti Libéral du Québec n’a pas encore dévoilé sa plateforme électorale, seulement un cadre financier, centré sur la croissance économique, la relance de l’emploi, la gestion rigoureuse des dépenses, l’élimination de la taxe santé, une réforme de la fiscalité, etc. Nous restons bien sûr à l'affût des engagements culturels!

 

Option nationale, Pour une langue et une culture nationale

Pour ON, l’identité nationale du Québec passe d’abord et avant tout par la reconnaissance et l’affirmation de la langue française. Il entend renforcer l’usage de la langue française dans toutes les sphères d’activité. Plus spécifiquement, en matière de culture, Option nationale s’engage à :

  • Dégager les budgets nécessaires afin de conserver les langues et cultures autochtones vivantes au Québec, affirmant que l’histoire et la culture du Québec sont indissociables de celles des nations autochtones;
  • Mettre en place des mesures fiscales incitatives visant à développer l’offre culturelle québécoise par l’acquisition d’œuvres, par l’aide à la production et à la diffusion d’évènements ainsi que par l’aide à l’exportation de produits culturels québécois;
  • Débloquer des budgets supplémentaires afin d’initier davantage les élèves du primaire et du secondaire à la scène culturelle québécoise, notamment par des visites annuelles de musées et la fréquentation et création de spectacles;
  • Assurer la pérennité des institutions culturelles québécoises, notamment muséales, en consolidant leur financement public;
  • Faire de Télé-Québec un diffuseur national avec le mandat prioritaire d’informer les citoyens et en assurera la diffusion sur tout le territoire québécois;
  • Créer l'Office national du film québécois et y intégrer les actifs québécois de l'Office national du film.
Nouvelle précédente Nouvelle suivante