Représentation et concertation | Le 18 juin 2015

Créer des ponts avec le secteur culturel, un héritage incontestable de Jean Doré à la mairie de Montréal

Partager
Jean Doré (1992). Photo: Radio-Canada/Robert Baron

Jean Doré a été maire de Montréal de 1986 à 1994. Depuis son décès, le 15 juin dernier, plusieurs articles dans les grands quotidiens ont souligné ses réalisations, mais aucun n’a à ce jour remis à l’avant-scène l’ampleur de sa contribution au développement culturel de la métropole.

Rappelons qu’au tournant des années 80, le petit milieu de la danse contemporaine, parmi d’autres d’ailleurs, est en pleine ébullition. Il n’existe alors aucun pont entre le secteur des arts professionnels et l’administration municipale. Le Conseil des arts de Montréal dispose d’un bien petit budget dédié principalement aux institutions culturelles. À son élection en 1986, Jean Doré et son équipe perçoivent tout le potentiel de développement culturel de Montréal. Une série de mesures saisissantes vont être mises en place pour accompagner le secteur culturel et contribuer à positionner la ville comme une métropole incontournable. La première mesure votée par son administration est la création d’un programme dédié aux grands festivals et évènements montréalais. On voit bien comment cette mesure a fait son chemin depuis 30 ans! En 1987, un service de la Culture est créé à la Ville, le budget du Conseil des arts triple en trois ans, des programmes sont mis en place pour soutenir le cinéma et l’industrie culturelle. Bref, la Ville fait son entrée dans les montages financiers des organismes culturels qui peuvent enfin compter sur un nouveau partenaire. Un véritable changement de culture!

En 1992, sous le second mandat du Rassemblement des citoyens de Montréal dirigé par Jean Doré, Montréal fête son 350e anniversaire. Ces célébrations sont l’occasion d’offrir aux Montréalais des legs importants dont le Biodôme, Pointe-à-Callière - musée d’archéologie et d’histoire de Montréal, l’aménagement du Vieux-Port et de plusieurs places publiques comme le belvédère du Mont-Royal et la place Émilie-Gamelin, maintenant un pôle vibrant du Quartier des spectacles. Jean Doré reconnaît aussi le secteur de la Place des Arts comme un pôle majeur de diffusion à consolider. Encore là, on voit que sa vision a porté ses fruits.

Finalement, le principal héritage laissé par Jean Doré au milieu culturel est sans doute de l’avoir pleinement reconnu, d’avoir voulu en faire un partenaire du développement culturel et économique de la métropole à part entière, et d’avoir su instaurer des mesures pour accompagner la formidable croissance de ce secteur plein de potentiel.

Le Regroupement québécois de la danse salue la mémoire de Jean Doré et sa contribution majeure au développement culturel de Montréal.

 

Lire aussi :

Communiqué du Conseil des arts de Montréal

L'ancien maire de Montréal Jean Doré est mort [Journal de Montréal] 

Jean Doré's accomplishments were so successful they're taken for granted [The Gazette]

Nouvelle précédente Nouvelle suivante