Valorisation de la discipline | Le 23 novembre 2017

26 cartes à danser: un outil éducatif, ludique et efficace

Partager
© Camille Pilawa, RQD

Lundi 20 novembre. En cette journée mondiale de l’enfance, Bouge de là lance son jeu de cartes à danser, qui pourrait bien devenir un must have dans les écoles et les foyers. 26 lettres à former avec le corps, autant d’activités de danse à expérimenter, de capsules vidéo et de pistes sonores, pour transmettre aux enfants le plaisir de s’adonner à la danse! Anne-Marie Jean, présidente-directrice générale du CALQ, présente au lancement, salue le travail d’Hélène Langevin « qui change le monde un enfant à la fois » et donne aux enfants les moyens d’exprimer ce qu’ils ressentent. Ce jeu vient également combler un manque cruel d’outils pédagogiques pour développer la créativité des plus jeunes.

Directrice artistique de la compagnie Bouge de là, l’une des rares compagnies de danse professionnelle au Québec à se consacrer exclusivement à la création chorégraphique pour le jeune public, Hélène Langevin a en quelque sorte donné corps à l’une de ses motivations les plus chères: faire danser les enfants. Au fil de ses 38 années d’enseignement, elle a éprouvé des dizaines d’activités, dont elle a retenu l’essence dans ses 26 cartes à danser. Découvrir l’espace et son corps dans l’espace à la manière d’une balloune qui se gonfle et se dégonfle, peinturer une toile imaginaire avec plusieurs parties de son corps, explorer différentes formes d’équilibre ou encore se prendre pour un zombie, ce jeu comporte tout un tas d’exercices ludiques et créatifs.

Plus qu’un outil de médiation, 26 cartes à danser se veut vecteur de développement de la créativité, de la confiance en soi et aussi de l’autonomie. Hélène Langevin raconte qu’au-delà de la salle de classe, les enfants n’hésitent pas à reprendre dans la cour de récréation les exercices auxquels ils ont goûté et qui les ont profondément amusés. « Il suffit de les solliciter, de les encourager à danser! », s’exclame-t-elle. Une entreprise à la portée de tous.

Comme nous le confie Caroline Raymond, qui forme les futurs enseignants au Département danse de l’UQÀM et corédactrice des cartes du jeu, il n'y a actuellement qu’une quarantaine d’enseignants de danse détenant une permanence au primaire. Pour répondre au besoin crucial d’initier les enfants à cet art, ce nouvel outil s’avère un levier formidable pour une diffusion plus large de la danse dans les milieux scolaires et préscolaires. Chaque enseignant peut s’approprier à loisir ce jeu facile d’utilisation et interpréter les consignes en toute liberté. Est-ce que l’on peut voir là une menace pour les enseignants spécialisés en danse? « Non, au contraire! Ils seront accueillis ensuite avec plus d’ouverture. Ce jeu est un outil démocratique. »

« Il offre des pistes pédagogiques aux enseignant et l’expérience du professeur ou du parent se bonifiera au fil des utilisations ». Richard Moisan, enseignant impliqué dans le programme Une école montréalaise pour tous, retient la pérennité offerte par ce jeu. Année après année, l’enseignant pourra le réutiliser et l’adapter à l’évolution de son approche pédagogique et aux nouveaux élèves.

26 cartes à danser permet à chaque enfant comme à chaque adulte de se découvrir un peu plus, un mouvement à la fois. Un jeu à adopter à l’école ou en famille! Un parfait cadeau de Noël à s’offrir.

Dans la même lignée, le jeu Mots à la volée constitué autour du vocabulaire de la danse est à retenir. Une idéation de la professeure Nicole Turcotte et une création de l'Association québécoise des enseignants de la danse à l'école (AQEDÉ).

 

Mentions: 
1. à 4. © Maryse Boyce
5. © Camille Pilawa, RQD

Nouvelle précédente Nouvelle suivante